Une imposante tempête martienne risque de représenter un danger pour la mission InSight. La Nasa surveille l’évolution de la situation, depuis le ciel de Mars.

Une tempête de poussière de la taille d’un continent tourbillonne sur Mars. La Nasa surveille étroitement la situation, car, à 3 500 km de là, se trouve l’un de ses robots envoyés sur la planète rouge. Il s’agit d’InSight, dont la mission devrait arriver à son terme d’ici à la fin de l’année 2022.

« L’équipe d’InSight prend des mesures pour maintenir l’atterrisseur à énergie solaire opérationnel aussi longtemps que possible », a précisé le Jet Propulsion Laboratory de la Nasa le 7 octobre sur Twitter. L’agence spatiale rappelle que la mission a récemment connu une baisse de son énergie. Les panneaux solaires d’InSight se sont progressivement couverts de poussière, ce qui pose des soucis sur le plan énergétique. La nouvelle tempête s’ajoute à cette situation déjà tendue.

Les nuages beiges sont la tempête vue par MRO. // Source : NASA/JPL-Caltech/MSSS
Les nuages beiges sont la tempête vue par MRO. // Source : NASA/JPL-Caltech/MSSS

La tempête qui représente un risque pour InSight est surveillée depuis le ciel de Mars, à l’aide de la sonde Mars Reconnaissance Orbiter (MRO). Le vaisseau a vu pour la première fois ce phénomène le 21 septembre. Pour l’instant, la Nasa rassure en disant que la tempête « n’a eu que peu d’impact sur l’atterrisseur ». Elle ajoute que, selon les données collectées par MRO, la tempête aurait déjà atteint son pic et serait entrée dans une phase de déclin. C’est la troisième tempête de ce type enregistrée cette année.

Le sismomètre d’InSight reste éteint pendant 2 semaines sur Mars

Néanmoins, l’agence spatiale indique que le 3 octobre dernier, « la tempête avait pris suffisamment d’ampleur et soulevait tellement de poussière que l’épaisseur de la brume poussiéreuse dans l’atmosphère martienne avait augmenté de près de 40 % autour d’InSight ». Par conséquent, les panneaux solaires de la mission étaient encore moins exposés à la lumière du Soleil. L’énergie dont disposait alors InSight est passée de 425 wattheures par jour martien, à 275 wattheures (soit une énergie disponible quasiment divisée par 2).

« Au rythme actuel de décharge, l’atterrisseur ne pourrait fonctionner que pendant plusieurs semaines », indique la Nasa. Afin d’économiser de l’énergie, il a donc été décidé d’éteindre l’un des principaux instruments d’InSight, son sismomètre, durant 2 semaines — alors qu’auparavant, il était allumé 24 heures d’affilée, un jour sur deux.

La présence de cette tempête est un gros défi pour la mission. Si InSight survit à cet événement météorologique, cela lui permettra de continuer à fonctionner encore quelque temps. Toutefois, nous ne sommes pas à l’abri qu’une autre tempête se présente ensuite.


Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !