Le télescope James Webb s’est tourné vers la nébuleuse d’Orion pour en obtenir un portrait superbe. Zone de formation d’étoiles, elle peut être observée dans le ciel de l’hémisphère nord.

Après une plongée vertigineuse dans la nébuleuse de la Tarentule, James Webb a immortalisé une nouvelle cible céleste. Le télescope James Webb de la Nasa a obtenu ses premières images de la nébuleuse d’Orion. Il s’agit de la « pouponnière d’étoiles la plus riche et la plus proche du système solaire », a précisé l’université Paris-Saclay le 12 septembre 2022.

Ce nuage immense de gaz et de poussières est situé à 1 350 années-lumière de notre planète. Grâce aux images de James Webb, les scientifiques peuvent voir à travers la poussière, dans laquelle les étoiles se forment. Les progrès réalisés par rapport à Hubble, un autre télescope spatial, sont fulgurants. Les détails de la scène ressortent encore mieux. C’est le cas de la « barre d’Orion » (le « mur » de gaz traversant l’image de la gauche en haut vers la droite en bas) ou de l’amas du Trapèze (le groupe d’étoiles en haut à droite).

La nébuleuse d'Orion vue par Hubble (à gauche) et par James Webb (à droite). // Source : NASA, ESA, CSA, PDRs4All ERS Team
La nébuleuse d’Orion vue par Hubble (à gauche) et par James Webb (à droite). // Source : NASA, ESA, CSA, PDRs4All ERS Team

Vous pouvez voir la nébuleuse d’Orion à l’œil nu (très tôt le matin)

Mais saviez-vous que vous pouvez vous aussi tenter de voir dans le ciel cette nébuleuse ? Évidemment, nos yeux sont incapables d’en distinguer les détails comme le font James Webb et Hubble. Toutefois, la nébuleuse d’Orion fait partie des objets célestes visibles à l’œil nu. On la distingue dans l’hémisphère nord, pendant la nuit, de préférence à l’abri de la pollution lumineuse. Des jumelles peuvent aider à son observation.

Nébuleuse d'Orion dans la constellation d'Orion. // Source : Flickr/CC/Hypatia Alexandria ; annotations Numerama
Nébuleuse d’Orion dans la constellation d’Orion. // Source : Flickr/CC/Hypatia Alexandria ; annotations Numerama

Pour la trouver dans le ciel, il faut rechercher la constellation d’Orion. Elle est assez facilement repérable lorsqu’elle est levée : cherchez une forme de sablier dessiné par les étoiles (ou de nœud papillon). Le « corps » d’Orion est repérable à ses 4 étoiles brillantes, dont la bleue Rigel (en bas à droite du sablier) et la rouge Bételgeuse (en haut à gauche).

Au centre, on repère aisément trois étoiles quasiment alignées. La nébuleuse d’Orion (aussi nommée M42) est en dessous. Elle est en quelque sorte au centre de la partie basse du « sablier », comme si elle venait juste de « s’écouler » de la partie plus fine au milieu. Son emplacement est également indiqué dans l’image ci-dessus.

Comme le fait remarquer sur Twitter l’astrophysicien Eric Lagadec, de l’observatoire de la Côte d’Azur, pour la voir actuellement, il faut se lever très tôt le matin (vers 5h). Contempler la nébuleuse d’Orion se mérite : elle s’observe avant le lever du Soleil.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.