Le télescope James Webb a obtenu de sublimes images de la nébuleuse de la Tarentule. Ses filaments et ses étoiles en pleine formation apparaissent avec un niveau de détail impressionnant.

La galerie d’images du télescope James Webb s’enrichit d’un nouveau cliché splendide. Après l’image d’une « galaxie fantôme », le télescope JWST s’est tourné vers la nébuleuse de la Tarentule. Le résultat est une vue imprenable sur cette région située à 161 000 années-lumière de notre planète, dans le Grand Nuage de Magellan. Elle a été présentée par la Nasa le 6 septembre 2022.

En contemplant cette nouvelle image, on comprend sans peine à quoi la nébuleuse doit son surnom de Tarentule (sa dénomination officielle étant NGC 2070). Comme l’explique la Nasa sur Twitter, elle « tire son nom de ses filaments poussiéreux ». Il s’agit de la plus grande et de la plus brillante région de formation d’étoiles à proximité de notre galaxie. « Cette nébuleuse nous permet de voir à quoi aurait pu ressembler la formation d’étoiles à son apogée dans notre histoire cosmique », complète l’agence spatiale. La mosaïque s’étend sur une distance de 340 années-lumière.

Nébuleuse de la tarentule James Webb
La nébuleuse vue par James Webb. // Source : NASA, ESA, CSA, STScI, Webb ERO Production Team (photo recadrée)

Pour plonger avec une telle profondeur dans les détails de la nébuleuse, les astronomes ont mobilisé trois instruments de James Webb :

  • La caméra pour l’infrarouge proche NIRCam permet d’admirer la cavité de la nébuleuse, creusée par l’amas d’étoiles massives qui sont visibles en bleu,
  • Le spectromètre pour l’infrarouge proche NIRSpec a repéré une jeune étoile en train de sortir de son cocon poussiéreux et de façonner la nébuleuse,
  • L’instrument pour l’infrarouge moyen MIRI aide à voir le gaz et la poussière plus froide, en faisant briller ces éléments.

James Webb transperce le gaz et la poussière

Grâce à ce genre d’images, James Webb contribue à une meilleure compréhension de la formation des étoiles. L’une des difficultés des scientifiques est d’obtenir des clichés des phénomènes à l’œuvre derrière les épais nuages de ces nurseries d’étoiles. Les capacités du JWST permettent de voir à travers.

C’est ce que l’on constate très bien dans une animation de la Nasa comparant cette image de la nébuleuse, avec une autre vue obtenue par le télescope spatial Hubble. En observant une même région dans plusieurs longueurs d’onde de la lumière, les deux observatoires sont complémentaires.

Si vous cherchiez un nouveau fond d’écran, en voilà un idéal. Les images de James Webb et d’Hubble peuvent être téléchargées sur le site de la Nasa. Sinon, vous pouvez aussi opter pour de superbes images de Jupiter, elles aussi prises par James Webb.