L’étage central d’une fusée Longue Marche 5B s’apprête à faire une rentrée incontrôlée sur Terre le 31 juillet 2022. Jusqu’à 9 tonnes de matériel devraient atteindre le sol. Si l’un de ces débris tombait chez vous, auriez-vous le droit de le conserver ?

Jusqu’à 9 tonnes d’une fusée chinoise vont retomber sur Terre de façon incontrôlée, le dimanche 31 juillet 2022. Il s’agit d’une partie du lanceur qui a assuré le décollage d’un module de la station spatiale Tiangong, le « palais céleste » de la Chine. Le corps de cette fusée, une Longue Marche 5B, est encore dans l’espace, et s’apprête à faire une « rentrée incontrôlée ».

Des composants devraient survivre à la rentrée incontrôlée de la fusée

Cela signifie que l’étage central de ce véhicule spatial va retomber sans que sa trajectoire puisse être décidée. Toute la masse de la fusée ne devrait pas atteindre le sol, selon Aerospace Corporation, une société américaine spécialisée dans l’aérospatial, qui exploite un FFRDC (un organisme de recherche financé par le gouvernement fédéral américain). L’objet est estimé à une masse totale de 22,5 tonnes. Entre 5 et 9 tonnes pourraient atteindre la terre ferme.

Quelles parties de la fusée pourraient résister à cette descente vers la Terre ? « En général, pour un étage supérieur, nous voyons des réservoirs de petite et moyenne taille survivre plus ou moins intacts, ainsi que des grands composants du moteur, explique Aerospace Corporation. Les grands réservoirs et le revêtement de cet étage central sont susceptibles de se désagréger. Nous verrons aussi des éléments légers comme l’isolant se détacher. »

longue marche
Une fusée Longue Marche. // Source : Wikimédia/CC/篁竹水声 (photo recadrée)

Les objets lancés par un pays dans l’espace restent sa propriété

La rentrée incontrôlée de cette fusée peut susciter une question : que se passerait-il si, par exemple, un morceau de ce véhicule spatial tombait chez vous ? Auriez-vous le droit de le conserver ? Cette situation a été prévue par le Traité de l’espace de 1967, que la Chine applique, comme la majorité des Etats dans le monde. L’article 8 de ce texte confirme que les objets lancés par un pays dans l’espace restent sa propriété, même lorsqu’ils retombent sur la Terre : « Les objets ou éléments constitutifs d’objets trouvés au-delà des limites de l’État partie au Traité sur le registre duquel ils sont inscrits doivent être restitués à cet État partie au Traité, celui-ci étant tenu de fournir, sur demande, des données d’identification avant la restitution. »

Autrement dit, si un bout de cette Longue Marche 5B, ayant survécu à l’entrée dans l’atmosphère terrestre, finissait sa course dans votre jardin, vous devriez le restituer à la Chine. Notez cependant que le pays serait responsable des dommages potentiellement occasionnés chez vous, par la retombée de ce débris.

Comme le rappelle Space.com, il faut toutefois rester mesuré quant aux risques associés au retour de cette fusée : il est inutile de se réfugier dans un bunker. Les chances qu’un débris tombe sur un individu sont assez faibles : il y a 99,5 % de chances que rien ne se passe, selon Ted Muelhaupt, consultant au sein d’Aerospace Corporation.

Cela n’empêche pas de regretter le fait que la fusée ait été abandonnée de la sorte, pour « effectuer une rentrée incontrôlée à un endroit imprévisible », comme le disait l’astrophysicien Jonathan McDowell, du Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics, sur Twitter le 24 juillet (au moment du lancement). Généralement, les trajectoires des fusées sont planifiées pour que les composants retombent dans une zone sûre, comme l’océan.