Le rover Perseverance a repéré un étrange objet sur Mars. Cela semble être un débris de son vaisseau spatial. Le vent a-t-il pu le déplacer jusque-là ?

Sur Mars, le rover Perseverance a encore retrouvé un débris de son vaisseau spatial. Dans l’une des nombreuses images prises par le robot, le 13 juin 2022, on distingue un objet inhabituel sur la planète, comme coincé dans une roche pointue. Il semble s’agir d’un morceau d’isolant thermique, qui a aidé l’astromobile à se poser sans heurts en février 2021.

Mais comment ce morceau, qui mesure 10 sur 18 centimètres, a-t-il pu arriver jusque-là ? Il est possible que ce soit le vent qui l’ait ainsi déplacé, explique sur Twitter Thomas Appéré, docteur en planétologie. Le scientifique a pu établir la distance entre Perseverance et l’objet lorsque l’image a été prise : elle est estimée à 10,5 mètres.

objet perseverance mars
Comment ce bout d’isolant a-t-il pu être transporté jusqu’ici ? // Source : NASA/JPL-Caltech/ASU (photo recadrée)

Le vent martien peut-il soulever ce débris ?

D’après ses calculs, la force exercée par le vent sur ce débris est assez faible : Thomas Appéré indique à Numerama que « la vitesse maximale mesurée sur place est de 15 m/s soit 54 km/h. Sachant que sur Mars, localement, la vitesse peut monter à 30 m/s environ, soit 108 km/h, mais pas forcément dans le cratère Jezero [ndlr : où se trouve Perseverance]. » Il faut aussi souligner que l’atmosphère de Mars est très peu dense. Des vents comme ceux-ci exercent donc une pression assez minime.

Le scientifique ajoute qu’il reste à calculer « l’épaisseur d’une feuille d’isolation thermique, qui pourrait être soulevée par un tel vent. Pour cela, il faudrait que la force exercée par le vent soit supérieure au poids de la feuille. » D’après ses estimations, un vent martien soufflant à 15 m/s serait bien capable de soulever « environ 77 couches de Mylar » (le polyester qui compose généralement ces feuillets isolants). « Il paraît donc réaliste que le vent martien puisse soulever ce débris si c’est bien un morceau d’isolant thermique », conclut le scientifique.

Un élément supplémentaire laisse, d’ailleurs, penser que le vent serait bien capable de déplacer ce débris sur Mars. Lorsqu’on compare deux images prises à une heure d’intervalle par le robot, l’objet semble légèrement avoir changé de forme.

Cet objet n’est probablement pas le dernier résidu que le rover devrait croiser sur Mars. Au fur et à mesure que Perseverance et son compagnon Ingenuity arpentent la surface de la planète, ils retrouvent des restes de la coque et du parachute qui les ont transportés là, il y a plus d’un an.