Caius Julius César, en personne, vous missionne pour agrandir son empire. Évidemment, « Omnibus viis Romam pervenitur », « Tous les chemins mènent à Rome » en gaulois ! Voici L’Empire de César, notre jeu de société de la semaine.

L’empire n’est pas très étendu en début de partie, puisqu’il n’est composé que de Rome. Sur ordre de César lui-même, vous partez conquérir d’autres villes pour étendre son emprise. Nul doute qu’il sera généreux envers son plus fidèle serviteur…

Le plateau de jeu représente la carte de l’Europe, avec Rome en son centre. Un blason, numéroté de 1 à 8, et une richesse, sont placés sur chaque autre cité. Les joueurs disposent de figurines de soldats à leur couleur, et d’un plateau personnel pour y disposer les ressources conquises.

L'Empire de César
Source : Holy Grail Games et Synapses Games

Un tour de jeu est très rapide, puisqu’il consiste tout simplement à placer une de ses troupes pour connecter Rome à une nouvelle ville. La seule condition est qu’elle doit partir de Rome ou de toute autre ville précédemment conquise, par vous-même ou par n’importe quel autre joueur. En entrant dans une ville, vous recevez son blason, ainsi que sa richesse que vous placez sur votre plateau.

Puis, en repartant de la ville tout juste prise, et en retournant en direction de Rome, par le chemin le plus court s’il en existe plusieurs, chaque joueur marque un point de victoire par troupe ayant permis d’arriver jusque là.

Les villes sont regroupées par région, par couleur (Afrique du Nord, Gaule, etc.). En fin de partie, vous ne marquez des points que pour la plus grosse ville de chaque couleur. Par exemple, si vous avez pris les blasons des villes 1, 3 et 5 de la péninsule ibérique, vous ne marquez finalement que 5 points.

L'Empire de César
Source : Holy Grail Games et Synapses Games

Il y a huit richesses différentes (olives, viande, vin, bois, etc.), qui rapportent des points selon deux barèmes différents. Soit en en accumulant des différentes (rien pour la première, 2 points pour la deuxième, et ainsi de suite, jusqu’à 46 points si vous parvenez à toutes les avoir), soit en en prenant plusieurs du même type (rien si vous n’en avez qu’une, 2 points si vous avez deux, 10 pour la troisième et au maximum 20 points pour quatre richesses identiques).

L'Empire de César
Source : Holy Grail Games et Synapses Games

Les joueurs jouent ainsi à tour de rôle, créant de nouvelles routes, en prolongeant d’autres, pour étendre petit à petit l’emprise romaine. La partie prend fin quand toutes les villes ont été prises. Le vainqueur est celui ayant amené le plus de gloire à l’empire : les routes construites, les blasons des villes conquises, et les richesses accumulées.

Il existe quelques petites règles supplémentaires, mais nous vous avons décrit l’essentiel pour comprendre le fonctionnement du jeu.

Pourquoi jouer à L’Empire de César ?

Évidemment, on ne peut s’empêcher de penser à Astérix en voyant la boîte, les illustrations et les figurines des soldats romains. C’est même un choix assumé, puisque c’est un jeu sous licence. Mais, à part nos deux petits héros gaulois qui apparaissent sur la carte aux abords des côtes armoricaines, rien ne se rapporte à la bande dessinée.

Au-delà de ce petit regret, L’Empire de César est un très bon jeu familial.

L'Empire de César
Source : Holy Grail Games et Synapses Games

Familial, grâce à ses règles vraiment très simples, ses parties rapides et ses tours dynamiques. Attention tout de même à ne pas jouer avec des personnes un peu trop susceptibles. Le but du jeu est tout de même de piquer les meilleurs emplacements sous le nez de vos adversaires, et de profiter des routes ouvertes par leurs soins.

C’est d’autant plus vrai que le nombre de joueurs augmente. À deux, les parties sont beaucoup plus tendues et stratégiques. À cinq, on gagne en ambiance ce qu’on perd en stratégie : quand vient son tour, les positions sur le plateau ont tellement changé qu’il est difficile de prévoir son coup à l’avance.

Gage de qualité, le jeu n’est pas sans rappeler Les Aventuriers du Rail, en encore plus simple même. Les différentes façons de marquer des points amènent de la diversité et plusieurs manières de jouer. Évidemment, les joueurs experts, à la recherche d’un jeu de grosse stratégie, feraient mieux de passer leur chemin, au risque d’être déçus.

Un chouette matériel, de jolies illustrations, parfaitement dans le style d’Astérix, des règles vraiment simples, et des parties fluides, font de L’Empire de César un excellent jeu à pratiquer en famille ou entre amis. Plus profond qu’il n’y paraît à la lecture des règles, il est très agréable et plaisant à jouer, sans prise de tête, et procure un fort goût de « reviens-y » une fois la partie terminée.

  • L’Empire de César est un jeu de Matthieu Podevin
  • Illustré par Alexandre Bonvalot et Joëlle Drans
  • Édité par Holy Grail Games et Synapses Games
  • Pour 2 à 5 joueurs à partir de 10 ans
  • Pour des parties d’environ 30 à 60 minutes
  • Au prix de 40,90 € chez Philibert

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.