Quel plus bel objectif, en tant que maire d’une petite ville, que de rendre vos habitants heureux ? C’est ce qui vous attend dans Happy City, notre jeu de société de la semaine.

Vous êtes à la tête de votre petite ville : construisez les bâtiments attirant le plus d’habitants, et rendant ces derniers les plus heureux… mais, évidemment, pour cela il faut de l’argent !

Chaque joueur commence la partie avec seulement deux sous et une ville réduite à son plus strict minimum : un marché. Au centre de la table, d’autres bâtiments sont disponibles. Mais pour les construire, il faut les acheter.

Happy City
Source : Cocktail Games

Chaque tour de jeu commence par une phase de revenu. Le marché de départ par exemple rapporte un sou. Tout comme la pâtisserie si on l’a construire. Le restaurant en rapporte même deux. L’école quant à elle ne rapporte rien.

Puis, à tour de rôle, chaque joueur ou joueuse peut acheter un nouveau bâtiment parmi ceux disponibles au centre de la table, ou y renoncer et gagner un sou à la place. Il est cependant interdit de posséder deux cartes identiques.

En plus de rapporter des sous aux tours suivants, comme expliqué précédemment, ces nouveaux bâtiments peuvent également amener avec eux des habitants (un seul pour une école ou une librairie par exemple, trois pour une cabane dans les arbres !) ou apporter du bonheur sous forme de petits cœurs (un cœur pour un restaurant, trois pour une station de ski, parmi d’autres). Mais attention, car certains bâtiments ont un effet négatif : l’aciérie et la maison hantée rapportent en effet un sou chacune et ne coûtent pas très cher, mais font perdre, respectivement, un bonheur et un habitant !

Happy City
Quelques bâtiments spéciaux // Source : Cocktail Games

En plus de cela, chaque nouveau bâtiment appartient à un certain type : habitation, commerce, usine, lieu public, etc. Si, à la fin de votre tour, vous respectez les conditions de type requises par un bâtiment spécial, vous pouvez le construire gratuitement. Mais on ne peut en construire qu’un seul par partie, donc prenez garde à choisir le bon, sans vous précipiter… et avant de vous le faire piquer sous le nez par un adversaire.

La partie prend fin dès qu’un joueur pose son dixième bâtiment. Le bonheur de chaque ville est compté en multipliant le nombre d’habitants par le nombre de cœurs, et le plus grand score l’emporte.

Pourquoi jouer à Happy City ?

Alors que cet éditeur nous a plutôt habitués à ses excellents jeux d’ambiance (Top Ten ou Twin It Japan pour ne citer qu’eux), voici qu’il nous propose un jeu différent, mais toujours pour le même public : tout le monde.

Happy City
Source : Cocktail Games

Les règles de Happy City sont d’une simplicité déconcertante. Tout est clair et limpide, et l’iconographie des cartes est parfaitement compréhensible. N’importe qui peut y jouer, la cible principale étant bien évidemment la famille : parents, enfants, grands-parents. Voici un jeu intergénérationnel. Les inconditionnels de la stratégie, qui ne jurent que par des jeux longs qui font mal à la tête, n’en sortiront clairement pas satisfaits en revanche.

Un jeu idéal pour jouer en famille ou initier des débutants aux jeux de société

Malgré sa grande simplicité, le jeu n’est pas dénué d’intérêt, et propose des prises de décisions, un peu de stratégie (légère), et un peu de chance, pour espérer l’emporter. Le cocktail idéal pour le public auquel il est destiné, et permettant de lui conserver de l’intérêt même après plusieurs parties.

L’auteur et l’illustrateur sont japonais tous les deux, et on sent clairement les inspirations de son pays natal dans les illustrations de ce dernier. C’est coloré à souhait, joyeux, et mignon comme tout. On rêve à de petites miniatures pour assembler notre ville en trois dimensions !

Happy City
Source : Cocktail Games

Grâce à ses illustrations craquantes, ses règles simplissimes et ses parties rapides, Happy City est un jeu idéal pour jouer en famille ou initier des débutants aux jeux de société. Un soupçon de stratégie, un brin de hasard, le tout saupoudré d’un peu d’interaction entre les joueurs, l’ensemble permet à tout un chacun d’espérer l’emporter, et les retournements de situation en cours de partie sont légion. Et pour aller un peu plus loin, le jeu propose un mode expert le rendant légèrement plus tactique. Bref, tout est réuni pour apporter du bonheur à vos habitants !

  • Happy City est un jeu de Airu Sato et Toshiki Sato
  • Illustré par Makoto Takami
  • Édité par Cocktail Games
  • Pour 2 à 5 joueurs à partir de 10 ans
  • Pour des parties d’environ 30 minutes
  • Au prix de 15,90 € chez Philibert

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo