2020 fut une année douloureuse pour tout le monde à cause du coronavirus, y compris pour le monde de l’animation qui a évidemment été affecté. Mais cela n’a pas empêché les studios de livrer une ribambelle d’excellents animés. Voici ce qu'il fallait retenir de l'année écoulée.

Great Pretender

Depuis qu’il a gagné en notoriété, Wit Studio a abandonné L’Attaque des Titans pour mieux se concentrer sur des productions originales. Great Pretender est le coup de maître de 2020, duquel nous avions déjà chanté les louanges. Entre temps, le dernier arc de la série fut diffusé sur Netflix et confirma tout le bien qu’on pouvait en penser jusqu’à présent.

Si vous aimez les animés jazzy et colorés, les histoires d’escroqueries ponctuées de rebondissements rocambolesques et surtout les scripts soignés aux petits oignons, Great Pretender devrait déjà être lancé sur votre TV. Sinon tant pis pour vous, vous allez rater la meilleure série originale de l’année.

La série est disponible sur Netflix.

Dorohedoro

L’année 2020 fut clairement celle du studio MAPPA avec pas moins de huit productions dont l’excellente adaptation du manga de Q Hayashida (disponible en France chez Soleil). Pourtant Dorohedoro n’était pas l’œuvre la plus simple à transposer avec cet univers post-apocalyptique partagé entre deux dimensions distinctes, où Caiman, un humain amnésique à tête de reptile, essaye de retrouver la mémoire en traquant des mages.

Avant de reprendre les rênes de L’Attaque des Titans, Yuichiro Hayashi avait livré cette série ultra violente, unique en son genre, avec son monde mixant le cyberpunk et la fantasy. Sans oublier cette fascination pour les masques qui fait de Dorohedoro une série très ancrée dans son époque. L’animé n’adapte que les 7 premiers volumes (sur 23), nous croisons les doigts pour que la suite soit adaptée un jour. Mais vu le planning du studio, c’est assez mal engagé…

La série est disponible sur Netflix.

My Hero Academia (saison 4 + Heroes Rising)

Commencée en 2019 et terminée au printemps dernier, la quatrième saison du hit de BONES mérite une fois de plus sa place dans ce top malgré un dernier arc faiblard. Couvrant les tomes 14 à 21 (sur 28 à ce jour), nos héros font cette fois face au puissant Overhaul, chef d’un gang de yakuzas capable de désassembler et réassembler la matière. Ce méchant est l’une des grandes réussites d’une saison qui compte un panel d’épisodes incroyables, animés notamment par le très doué Yutaka Nakamura. À ce titre, le tout dernier épisode est un véritable feu d’artifice visuel mettant pour la première fois en valeur les impressionnantes capacités d’Endeavor.

Autre actualité MHA de l’année : le film Heroes Rising, sorti dans quelques salles en août dernier entre deux confinements. Si le premier opus Two Heroes manquait de punch, ce n’est pas le cas de celui-làn avec pas moins d’une heure complète de baston homérique. Attention aux épileptiques, nous n’avions pas vu cela sur grand écran depuis Dragon Ball Super : Broly.

La série et le film sont disponibles sur ADN (et au mois de mars prochain en Blu-ray chez Kazé).

Fire Force (saison 2)

Nous avions déjà cité la série de David Production l’an passé, tant cette adaptation du manga éponyme de Atsushi Ohkubo était convaincante. Rebelote pour cette saison 2 qui garde les mêmes qualités, mais se détache de son intrigue de départ (retrouver Shô, le petit frère de Shinra) pour préférer développer davantage son univers et ses personnages. Nous apprenons notamment que les hommes en blanc recherchent les Piliers, détenteurs de l’Adora Burst, dont Shinra fait partie.

Construit en plusieurs arcs courts, Fire Force avance au rythme d’une fusée avec déjà 20 tomes adaptés en seulement 50 épisodes. La saison donne la part belle à des personnages secondaires comme le duo improbable Joker et Benimaru ou encore Juggernaut, qui nous offre un combat mémorable et d’une violence surprenante. Sans oublier les frasques d’Arthur, authentique parodie du traditionnel rival du héros de shônen, dont les gags font mouche à chacune de ses apparitions.

La série est disponible sur ADN et Wakanim (la saison 1 sortira en Blu-Ray au mois de mars chez Kana).

Haikyû ! ! To the Top

C’est une règle, chaque année il faut voir une série sportive, ne serait-ce que pour se motiver d’en faire soi-même. 2020 a marqué le retour des volleyeurs de Haikyû ! ! après quatre années d’absence. Cette saison 4 est toujours produite par Production I.G (Run with the Wind), mais a été marquée par son changement de réalisateur et surtout par la crise sanitaire (seconde partie repoussée, épisodes de qualité inégale).

Toutefois, Haikyû ! ! reste la meilleure série animée du genre. De par sa réalisation au-delà des standards habituels mais aussi par ses moments d’intensité sans égal. À ce titre, la fin du match contre Inarizaki était littéralement à couper le souffle. Le manga de Haruichi Furudate s’est terminé cette année au Japon avec son 45e tome. Rendez-vous donc bientôt pour la dernière saison…

La série est disponible sur Wakanim.

Made in Abyss : l’aurore de l’âme des profondeurs

Encore une suite, mais cette fois-ci sous forme d’un long-métrage. Made in Abyss fut l’une des plus belles surprises de 2017 avec ce récit mêlant aventures dépaysantes et horreur pure. Le rythme de parution des chapitres du manga étant plus lent qu’à l’accoutumée (un volume par an), il aura fallu patienter trois ans pour voir la suite. Mais cette attente en valait la peine.

Rico, Légu et Nanachi arrivent au cinquième palier dans leur quête de l’Abysse. Ils y font la connaissance de Prushka, la fille de Bondold… le méchant qui a traumatisé nombre d’entre nous à la fin de la première saison. Le film conclut brillamment l’arc commencé en fin de série avec l’affrontement contre Bondold, formidablement interprété par Toshiyuki Morikawa (la célèbre voix du Sephiroth de FF7). 

Le film est disponible sur Wakanim.

Akudama Drive

Une autre série originale dans ce top mais que l’on n’attendait pas forcément. Surtout avec Studio Pierrot derrière (Boruto, Black Clover). Le genre cyberpunk revient à la mode, lui qui a été si exploité dans l’animation japonaise par le passé. Créée par Kazutaka Kodaka, créateur du jeu vidéo Danganronpa, l’histoire suit une jeune fille embarquée avec de célèbres criminels dans une mission pour voler une précieuse marchandise.

Constamment épatant dans son déroulement et dotés de séquences d’action ambitieuses, Akudama Drive est surtout un pur produit de 2020. Le discours révolutionnaire et antisystème surprend par son audace. La série se veut comme un authentique hommage au chef-d’œuvre absolu du genre, Akira, auquel elle emprunte beaucoup. L’ultime épisode est à ce titre un morceau d’anthologie à lui tout seul. Il n’y a plus qu’à attendre une version Blu-ray pour redécouvrir ce petit bijou sans son affreuse et gênante censure.

La série est disponible sur Wakanim.

Jujutsu Kaisen

Si 2019 était l’année de Demon Slayer, 2020 était celui de Jujutsu Kaisen, nouveau phénomène du Shônen Jump. En plus de son lancement français chez Ki-oon en début d’année, l’animé est à ce jour le plus gros succès de la plateforme Crunchyroll. Alors on triche un peu car seule la moitié de la saison a été diffusée à ce jour. Néanmoins vu la qualité des épisodes diffusés jusqu’alors, nous ne pouvons imaginer manquer la seconde partie.

Réalisée par le talentueux Sunghoo Park (The God of High School), Jujutsu Kaisen raconte l’histoire de Yuji Itadori, un lycéen qui, après avoir ingurgité l’un des doigts d’un puissant démon, va utiliser ses nouveaux pouvoirs pour combattre les Fléaux. Dès son premier épisode, la série de MAPPA montre les dents, avec la ferme intention de rivaliser avec les ténors du genre. À commencer par Demon Slayer dont il partage l’aspect horrifique et les séquences d’animation complètement folles.

La série est disponible sur Crunchyroll.

Tower of God

Grâce à la plate-forme Crunchyroll, les webtoons (BDs coréennes publiées en ligne) envahissent désormais l’animation japonaise. Il faudra donc compter sur eux pour l’avenir. En effet, nous aurons eu trois titres en 2020 dont Tower of God, sorte de shônen sous influence Hunter x Hunter. L’histoire est centrée sur le jeune Bam qui va participer à des épreuves dans une immense tour pour retrouver son amie Rachel.

Malgré l’impression d’avoir assisté à une longue introduction (13 épisodes seulement), Tower of God a séduit par son style visuel, le mystère lié à cette fameuse tour et sa surprenante révélation finale. Difficile de ne pas penser à l’examen Hunter durant cette saison, mais la série se détache au fil des épisodes de sa principale inspiration pour trouver au final sa propre personnalité. Vivement la suite ! 

La série est disponible sur Crunchyroll et ADN.

Golden Kamui (saison 3)

L’œuvre de Satoru Noda est sûrement l’un des meilleurs mangas actuels (disponible en France chez Ki-oon). Malgré un début chaotique, l’adaptation animée de 2018 par Geno Studio (Genocidal Organ) a été une très grande réussite. C’est encore le cas de cette nouvelle saison qui voit nos deux héros principaux séparés. Laissé pour mort, Sugimoto part à la poursuite d’Ashirpa, partie vers le Nord à la recherche d’un indice sur son père…

Adaptant les tomes 15 à 19 (sur 24 actuellement), cette troisième saison se suit comme une gigantesque course-poursuite et nous emmène sur Sakhaline, une île à l’extrême est de la Russie. Chaque épisode se déguste comme un bon vin devant tant de générosité. Les aventures de nos héros sont rythmées aussi bien par des gags hilarants, que des drames poignants. Parfois, la transition se fait tout naturellement au sein du même épisode. Vraiment brillant.

La série est disponible sur Crunchyroll.

Nous aurions aussi pu citer dans ce top : Violet Evergarden : Éternité et la poupée de souvenirs automatiques (Netflix et Blu-ray disponible chez Eurozoom), Fate/Grand Order Absolute Demonic Front : Babylonia (Wakanim), Sword Art Online : Alicization – War of Underworld (Wakanim), Appare-Ranman ! (Wakanim), Interspecies Reviewers (Wakanim), The God of High School (Crunchyroll), Keep Your Hands Off Eizouken ! (ADN & Crunchyroll) et Japan Sinks : 2020 (Netflix).

Et pour 2021 ?

Bien sûr l’année sera celle de la « saison finale » de L’Attaque des Titans, qui a déjà commencé depuis début décembre (et quel démarrage !).

Elle sera marquée par de nombreuses autres suites : The Promised Neverland, Moi, quand je me réincarne en Slime, Dr. Stone, Les Brigades Immunitaires, Log Horizon, The Seven Deadly Sins, Re:Zero, My Hero Academia, Kingdom, B : The Beginning, The Rising of the Shield Hero et surtout les films Violet Evergarden et Demon Slayer – Le Train de l’Infini, nouveau plus gros succès cinématographique de tous les temps au Japon.

Demon Slayer -Kimetsu no Yaiba- Le film : Le train de l'infini
Demon Slayer -Kimetsu no Yaiba- Le film : Le train de l’infini // Source : Wakanim

Mais aussi par de nouvelles adaptations : Chainsaw Man (la plus attendue), Platinum End (des auteurs de Death Note), Valkyrie Apocalypse, Edens Zero (par l’auteur de Fairy Tail), Shaman King (le remake), To Your Eternity (par l’auteure de A Silent Voice), Tokyo Revengers et Tokyo Babylon 2021. Enfin, il faudra bien évidemment compter sur des productions originales : SK8 The Infinity (BONES), Godzilla Singular Point (BONES encore), Vampire in the Garden (Wit Studio), Vladlove de Mamoru Oshii, ou encore Yasuke de LeSean Thomas pour MAPPA.

Quel est le service de SVOD fait pour vous ?

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo