Disney+ est une belle promesse, mais les accords de licence passés par Disney avec d'autres chaînes et services l'empêche d'avoir tous ses films en permanence sur la plateforme.

« Tout Disney au même endroit !  » : la promesse de Disney+ a de quoi faire rêver petits et grands. Avec un catalogue de dessins animés et films cultes, les productions Pixar, Marvel, Star Wars et les documentaires de National Geographic, Disney possède l’offre de produits culturels intemporels la plus importante du marché de la SVoD. Ce que n’a pas manqué de tweeter le compte officiel du service, dans une opération remarquée.

Les films disparaissent déjà

Mais ce catalogue idéal, qui faisait office de promesse initiale, est loin d’être un absolu. Aux États-Unis, les premiers abonnés s’étonnent déjà de la disparition de films du catalogue Disney+ : récemment, les Maman j’ai raté l’avion et un Pirate des Caraïbes ont disparu sans préavis de la plateforme. Ce qui a provoqué le mécontentement des utilisateurs, comme le note le média spécialisé Polygon.

La raison est simple à comprendre : même si Disney a réussi à récupérer les droits d’exploitation de ses films pour le lancement de Disney+, l’entreprise ne peut pas échapper aux accords passés avec d’autres services indéfiniment. D’après le média Bloomberg, de gros hits comme les Marvel retourneront sur Netflix aux États-Unis en 2026, où ils étaient disponibles avant le lancement de Disney+.

Disney+ et Canal+, l’annonce d’un catalogue déjà partagé // Source : Twitter/Canal+

Visiblement, cet état de fait est valable pour des films moins populaires que les productions de super-héros et le catalogue Disney+, malgré toute la bonne volonté de Disney, sera fluctuant. Le plus étonnant peut-être, c’est que la machine marketing qu’est Disney, toujours habile pour communiquer, n’ait fait aucun commentaire sur ces disparitions à l’heure où ces lignes sont écrites.

En revanche, si elles choquent un public américain habitué à une offre culturelle complète sur les plateformes, ces disparitions et autres trous dans le catalogue n’étonneront pas les Françaises et les Français quand Disney+ sera lancé fin mars. Entre la chronologie des médias qui empêche les plateformes de SVoD de diffuser des films jusqu’à 36 mois après leur sortie en salle et les accords historiques entre Disney et Canal+, le service Disney+ ne sera forcément pas aussi complet dans l’Hexagone que dans d’autres pays. D’ailleurs, Canal a déjà annoncé la couleur avec son offre Disney+ qui, associée aux offres Canal Ciné/Série, fait du service français le seul endroit où tout le catalogue Disney sera disponible.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo