La signature d'un nouvel accord entre le studio CD Projekt Red, à qui l'on doit The Witcher 3, et le romancier Andrzej Sapkowski, qui a créé le monde de The Witcher, laisse entrevoir une perspective pour The Witcher 4. En outre, l'alignement des planètes est très favorable.

Les aventures vidéoludiques de Geralt de Riv, héros de la trilogie The Witcher sur PC et consoles, ne sont peut-être pas complètement achevées. L’annonce de la signature d’un accord, le 20 décembre, entre le studio CD Projekt Red, qui a plusieurs jeux vidéo autour de cette licence, et le romancier Andrzej Sapkowski, qui a imaginé tout cet univers médiéval-fantastique dans une série d’ouvrages depuis 1990, a en effet relancé les spéculations sur un futur opus, The Witcher 4.

Le communiqué, bien sûr, n’annonce rien de tel. Il en reste à de prudentes généralités : tout juste se contente-t-il de dire que l’accord « définit un cadre pour la coopération future entre les deux parties » et qu’il « accorde à CD Projekt de nouveaux droits, et confirme le titre de propriété intellectuelle de The Witcher sur les jeux vidéo, les romans graphiques, les jeux de société et les marchandises ». Au passage, l’accord paraît aussi régler les relations actuelles et passées des deux partenaires.

Mais ces formules générales ont suffi à relancer l’hypothèse du développement d’un jeu vidéo tout aussi ambitieux que l’ont été les précédents, et pas juste des titres secondaires comme Gwent : The Witcher Card Game (un jeu de cartes stratégique) ou Thronebreaker : The Witcher Tales (également un jeu de cartes, mais avec un tout un volet d’exploration et d’aventure via un jeu de rôle). D’autant que le studio a jusqu’à présent surtout lancé des jeux basés sur l’univers inventé par Andrzej Sapkowski.

The Witcher
The Witcher 3 est sans aucun doute l’un des meilleurs de sa catégorie, et l’un des meilleurs jeux vidéo, tout court.

Alignement favorable des planètes

En outre, le calendrier du studio se dégage : en 2020 doit enfin sortir Cyberpunk 2077, un projet en gestation depuis… 2012 ! S’il y aura un suivi sur quelques années, pour fournir aux joueurs les inévitables patchs et correctifs pour prolonger et améliorer l’expérience de jeu, ainsi que de probables extensions ou suites, des ressources plus importantes pourront être redéployées ailleurs, en fonction des priorités — il est question de deux autres jeux sur Cyberpunk 2077 et un jeu non annoncé.

La perspective d’un The Witcher 4 est d’autant plus plausible que le studio a déjà fait savoir par le passé son souhait de revenir dans l’univers de l’auteur polonais. Ce désir, qui date de 2017, a été partiellement comblé l’année suivante, avec la sortie justement de Gwent : The Witcher Card Game et Thronebreaker : The Witcher Tales. À l’époque, Adam Kiciński, le patron du studio, avait émis le souhait de ne pas centrer l’histoire sur Geralt de Riv, le héros des précédents opus.

Henry Cavill Geralt de Riv Netflix
Henry Cavill dans The Witcher // Source : Netflix

L’alignement des planètes est en tout cas très favorable pour CD Projekt Red. Outre le deal avec l’écrivain et le lancement prochain de Cyberpunk 2077, Netflix s’est lancé dans la production d’une série dont la première saison est disponible sur la plateforme de vidéo à la demande par abonnement depuis décembre 2019. D’ores et déjà, une deuxième saison est sur les rails, pour 2021, et des bruits courent qu’une troisième saison est envisagée. Il faut dire que l’adaptation est satisfaisante.

La série, qui bénéficie au passage de la notoriété de l’acteur britannique Henry Cavill, qui incarne Geralt de Riv, a d’ailleurs provoqué un vif regain d’intérêt pour The Witcher 3, avec notamment un pic de 50 000 joueurs sur Steam sur le titre. Si cet engouement dure dans le temps, ce dont on ne doute pas si plusieurs saisons voient le jour, cela tomberait à pic pour le studio, qui aura besoin de temps pour façonner The Witcher 4. Il faut se souvenir qu’il a fallu trois bonnes années pour accoucher de The Witcher 3.

Pas d’emballement, donc. Si la fenêtre de tir existe, encore faut-il qu’elle soit effectivement exploitée, ce qui reste à prouver. En outre, CD Projekt Red devra supporter sur ses épaules une pression importante, à la fois parce qu’il devra assumer l’héritage de The Witcher 3, qui est considéré comme l’un des meilleurs jeux de la décennie écoulée, et parce que la série a la possibilité d’être un gros succès sur Netflix. Et faire aussi bien, voire mieux que The Witcher 3, constituera un sacré challenge.

Partager sur les réseaux sociaux