Final Fantasy XIV est aujourd’hui considéré comme l'un des meilleurs jeux de rôle massivement multijoueur. Son développeur a trouvé une formule très particulière pour échapper à l’image chronophage et complexe qu’on se fait des MMORPG. Voici comment il s’y est pris.

Si le monde du MMORPG semble intimidant vu de l’extérieur, c’est qu’il y a une raison. La majorité des jeux du genre en « Free to play » poussent le joueur à « farmer » ou à passer à la caisse pour faciliter la progression. Quant aux autres MMO qui ne sont pas gratuits, leur réputation ne rassure pas : ils prennent du temps et renferment des mécaniques complexes. Au milieu de ce paysage, Final Fantasy XIV a su se placer au cours de ces dernières années comme un jeu en ligne vraiment à part, avec une image beaucoup moins contraignante que ses confrères.

Devenez un Guerrier de la lumière en un rien de temps

Pourquoi ? Parce que Final Fantasy XIV sait prendre en main le joueur débutant pour ne pas le perdre. Ses premières zones, aux couleurs chatoyantes invitent à l’exploration, et l’histoire pousse le joueur à s’investir rapidement dans son costume de Guerrier de la Lumière.

Le Samouraï est une des 17 classes disponibles dans FF XIV

Dès la création du personnage, la responsabilité du choix de la classe est plus légère que dans les autres MMO. Grâce à son système de fiche de personnage unique, Final Fantasy XIV permet aux joueurs de changer de classe ou de métier comme bon leur semble. Vous ne voulez plus être un guerrier qui encaisse les dégâts ? En trois clics, on change d’arme, de compétences et d’équipement. La seule condition, c’est de s’inscrire à la guilde (des guerriers, des mages blancs, des couturiers) correspondante.

Dans cette guilde gérée par des personnages non-joueurs, un mentor à la hauteur de nos ambitions va accompagner le joueur, et des quêtes bien écrites ponctuent la progression au sein du métier ou de la classe choisie.

Un véritable épisode de Final Fantasy avant d’être un jeu ligne

Final Fantasy XIV a été pensé avant tout comme un véritable épisode de Final Fantasy avant d’être un MMORPG. À ce titre, tout est scénarisé de façon soutenue, et les passages les plus intenses n’ont rien à envier aux plus grands RPG japonais. Très loin du scénario classique type « l’élu doit renverser le méchant empire », l’écriture du jeu est à la hauteur de ce qu’on ose attendre d’un Final Fantasy. Ici, le continent d’Éorzéa, que se partagent trois factions, est menacé par de nombreux conflits géopolitiques et par l’apparition un peu trop fréquente de divinités en colère.

Ce scénario, Final Fantasy XIV fait tout pour qu’il soit accessible même si l’on ne désire pas s’encombrer d’une guilde de joueurs. Pour les passages nécessitant de former des groupes, le jeu comporte ainsi une fonctionnalité permettant de former automatiquement des équipes de joueurs complémentaires. Et pour ce qui est des guildes de joueurs, elles sont totalement optionnelles. Un joueur seul s’en sortira tout aussi bien qu’un membre d’un grand groupe.

Vous croiserez la route de nombreux personnages le long de votre aventure.

Une myriade d’activités accessibles en toute simplicité

Pour faciliter plus encore l’arrivée de nouveaux joueurs, Final Fantasy XIV dispose d’une version d’essai qui leur permet de se mettre dans le bain pour voir si c’est un jeu fait pour eux. Il est ainsi possible de jouer gratuitement jusqu’au niveau 35, sur PC (ou Mac) comme sur PlayStation 4, sans passer par un abonnement ou l’achat du jeu complet. Le jeu est d’ailleurs crossplay entre toutes les plateformes, ce qui est idéal pour y jouer avec des amis.

Côté durée de vie, cette version gratuite bat des records. Le temps d’arriver au niveau 35 vous aurez le temps d’affronter quelques boss impressionnants comme les célèbres Titan et Ifrit. Quelques donjons vous donneront un bon aperçu du fonctionnement du jeu en multijoueur, et les nombreuses quêtes annexes vous permettront de progresser sans tomber dans une quelconque routine.

Titan est un des premiers boss du jeu, mais pas forcément le moins impressionnant.

Si vous vous sentez l’âme d’un artisan, rien ne vous empêche de vous investir dans les métiers disponibles afin d’être totalement autonome, et d’obtenir le meilleur équipement du jeu, entièrement fait maison. Étant donné que les métiers d’artisanat fonctionnent comme les classes, remplacer son aiguille par un marteau vous fait passer de couturier à menuisier en une fraction de seconde. Enfin, les métiers de l’artisanat ne se résument pas à cueillir des ressources et à cliquer sur une icône pour créer un objet. Tous bénéficient d’un mini-jeu de stratégie, véritable jeu dans le jeu, qui nécessite d’associer actions dans le jeu et compétence d’artisanat pour créer un objet à la fois de qualité et solide.

Ne ménagez pas votre plaisir

Si l’envie vous prend de simplement vous détendre, le Gold Saucer, casino géant où se retrouvent tous les flambeurs, est toujours ouvert. De nombreux mini-jeux vous y attendent. Les fans de la série seront ravis d’y retrouver le Triple Triad, célèbre jeu de cartes arrivé dans Final Fantasy VIII. Une loterie s’y déroule toutes les semaines, et bien entendu, vous pourrez également vous consacrer aux courses de Chocobo.

Toutes les mascottes se regroupent dans le monde coloré du Gold Saucer.

Enfin, comme tout Final Fantasy qui se respecte, le joueur va rapidement obtenir son propre Chocobo. Celui qui deviendra votre compagnon le plus fidèle vous soutiendra, tant que vous le nourrissez. À vous de choisir si il doit se spécialiser dans l’attaque ou le soin.

Habillez-le comme vous voulez, mais surtout, prenez-en soin !

Essayez-le (longuement) avant de l’adopter

Et une fois arrivé au niveau 35 ? Si vous n’en avez pas eu assez, il suffit de choisir une nouvelle classe pour repartir du niveau 1 pour profiter à nouveau de quelques heures de plaisir. Pas question d’exterminer des centaines de sangliers sauvages pour monter de niveau. Des quêtes annexes scénarisées sont très souvent généreusement récompensées et des objectifs hebdomadaires et journaliers vous seront proposés, vous procurant des points d’expérience en abondance.

Cette version d’essai est une excellente introduction au jeu complet, qui permet de perfectionner ses talents et de se lancer dans la suite de l’aventure sur un tapis rouge. En passant à la version complète, il sera alors possible de reprendre votre progression exactement là où vous en étiez, tout en débloquant les quelques fonctions jusque-là inaccessibles. À vous la création de guildes ou d’équipes, et l’accès aux marchés de la communauté, où les artisans sont rois.

À ce jour, il est possible d’atteindre le niveau 80 au fur et à mesure des extensions. Le jeu continue à nous guider dès que cela peut sembler nécessaire, et la communauté plutôt généreuse aidera volontiers les nouveaux venus. L’entraide laisse rarement place à la toxicité qui inquiète à raison bon nombre de personnes sur les jeux en ligne aujourd’hui, Final Fantasy XIV poussant même les joueurs à féliciter les plus sympathiques en fin de donjon. De quoi encourager une atmosphère saine en Éorzéa.

Pour tester la version d’essai de Final Fantasy XIV, rien de plus simple, il suffit de se munir d’une simple adresse email et de s’inscrire à cette adresse. Aucun numéro de carte bancaire n’est demandé !

Partager sur les réseaux sociaux