Crazy Ex Girlfriend, Stranger Things, Ozark... Voici une liste des 7 séries que vous n'avez peut-être pas eu le temps de regarder cette année et que vous pourrez bingewatcher durant l'été.

Que l’on soit en vacances ou au travail mais lâchement délaissé par tous ses amis qui préfèrent aller à la plage, il y a toujours de bonnes raisons pour passer un été à bingewatcher des séries.

Les Chroniques de San Francisco // Source : Netflix

Voici quelques recommandations pour vous organiser une petite session de rattrapage sur Netflix. Si vous cherchez une sélection en fonction de différents genres de fiction, nous avons également classé les meilleures séries actuellement disponibles sur Netflix.

Poupée russe, l’histoire sans fin drôle et angoissante

Gotta get up, gotta get out, gotta get home before the morning comes… La chanson vous restera probablement en tête très longtemps, car elle retentit à chaque fois que Nadia Vulvokov (Natasha Lyonne) revient à la vie après une mort particulièrement bête. Ce qui lui arrive beaucoup.

Nadia est condamnée à revivre (éternellement ?) la même nuit, et elle va devoir comprendre pourquoi. Le pitch peut sembler éculé et pourtant Natasha Lyonne, Amy Poehler et Leslye Headland, les trois créatrices, en ont fait une fable intense sur l’identité, l’amour et la quête de sens.

Nombre de saisons : 1

Temps nécessaire pour la bingewatcher : 4 heures

Dans leur regard, un drame inspiré de faits réels

Dans leur regard est une série de quatre épisodes d’environ une heure, qui se regardent comme des mini-films. Elle est inspirée d’une histoire vraie. Un soir d’avril 1989, de jeunes adolescents sortent à Central Park pour se défouler et s’amuser entre amis. Ils sont arrêtés par la police à cause de débordements sans grande incidence.

Leur destin bascule lorsque l’on retrouve derrière un buisson du parc le corps d’une femme, battue et violée. Les garçons, dont le plus jeune a seulement 12 ans, ne savent pas ce qu’il lui est arrivé. Ils sont pourtant d’office accusés, sans preuve, de l’avoir violée et d’avoir tenté de la tuer, par une police qui semble peu encline à outrepasser une logique raciste systémique. La série revient sur le déroulé des événements à Central Park, sur les interrogatoires, le racisme endémique de la police, puis sur la vie adulte des accusés. Elle est portée par un jeu d’acteurs particulièrement brillant et malgré quelques lenteurs, on s’y accroche jusqu’à la fin. Attendez-vous à y laisser quelques larmes.

Nombre de saisons : 1

Temps nécessaire pour la bingewatcher : 5 heures

Le thriller Ozark

Marty est un père de famille… presque comme les autres. Dès le premier épisode, on apprend qu’il blanchit secrètement de l’argent pour un cartel de drogue mexicain. Lorsque les dirigeants du cartel sont trahis par l’un d’entre eux, il est rapidement soupçonné. Pour se racheter auprès d’eux, il va devoir déménager dans la région des Ozarks et blanchir une importante quantité d’argent en un temps record. Il débarque avec sa femme et leurs deux enfants dans une région peu peuplée et où l’économie semble au point mort. C’est pourtant ici qu’il va devoir trouver des lieux ou activités dans lesquels investir.

Ozark vaut le coup pour ses très beaux décors et ses personnages que vous allez adorer détester. On préfère vraiment la première saison à la seconde, mais c’est globalement une belle surprise.

Nombre de saisons : 2

Temps nécessaire pour la bingewatcher : 21 heures

Une dose de nostalgie avec Stranger Things

Cette série vous plongera tout droit dans les années 1980. Les décors, les costumes et surtout, les coupes de cheveux raviront les grands nostalgiques qui sommeillent en vous — et ça marche aussi si vous n’étiez pas nés à cette époque.

L’histoire débute avec la disparition inquiétante d’un garçon de 12 ans nommé Will. Il ne laisse derrière lui aucune trace à part son vélo. Sa famille, la police mais aussi sa bande de copains vont tenter de le retrouver. Mais plus leur quête avance, plus des choses étranges se passent autour d’eux. Une adolescente aux pouvoirs surnaturels surgit de nulle part, des animaux meurent par dizaine dans des champs sans explication… Voici d’autres mystères qu’il va falloir résoudre et qui ne sont peut-être pas sans lien avec la disparition de Will.

Nombre de saisons : 3

Temps nécessaire pour la bingewatcher : 25 heures

La série feel-good et féministe Crazy Ex-Girlfriend

Rebecca Bunch est une femme à qui tout réussit — en apparence. Elle vit à New York, elle est avocate, elle a un succès fou et un job de rêve. Sauf que derrière cette belle vitrine, elle est aussi au bord du burn-out et elle se sent désespérément seule. Un jour, elle croise par hasard un certain Josh Chan dans la rue. Elle se souvient de lui : ados, ils avaient fricoté lors d’une colonie de vacances. Pour elle, c’est un déclic : elle plaque tout et part s’installer là où vit Josh Chan, à West Covina en Californie, dans l’espoir de le reconquérir.

Le pitch de départ de la série est savoureusement niais. Ne vous y fiez pas : Crazy Ex Girlfriend est une série redoutablement intelligente, touchante, engagée et féministe. Les personnages sont un peu étranges et tout à fait imparfaits, mais c’est ce qui les rend attachants. Rachel Bloom qui incarne le rôle principal est absolument parfaite. Bref, une  série idéale à rattraper tout l’été.

Nombre de saisons : 3 (il en existe une 4e, pas encore disponible sur Netflix)

Temps nécessaire pour la bingewatcher : 30 heures

Les chroniques de San Francisco : le soap bienveillant

Alors, oui. Certes. Les Chroniques de San Francisco n’est pas la série de l’année, bien qu’elle ait été créée par l’une des scénaristes les plus talentueuses du moment, Lauren Morelli (anciennement sur OITNB). Il s’agit d’une adaptation des œuvres d’Armistead Maupin, qui a écrit toute une saga entre 1978 et 2014.

La série originale Netflix nous plonge dans un San Francisco queer, ou la tolérance n’est jamais remise en cause. Dans cet univers post-coming out coloré, on est captivés par certains personnages attachants et nouveaux, qui vont plus loin dans les questionnements de désir, d’attachement, de parenté, de discriminations et de droits humains.

Tout n’est pas parfait, et son air de série un peu niaise la dessert par moments, mais le tout fonctionne en intrigue bouclée intelligente, un bon Mister Freeze à consommer rapidement avant qu’il ne fonde.

Nombre de saisons : 1

Temps nécessaire pour la bingewatcher : 10 heures

L’incontournable Orange is the new black

On ne présente plus Orange is the new black, mais peut-être le faudrait-il, tant la série a pris de l’ampleur à mesure des saisons. Arrivée en 2013 sur Netflix, la production de Jenji Kohan a fait l’effet d’une petite bombe dans le paysage audiovisuel qui n’attendait qu’elle pour faire exploser les carcans du petit monde blanc et bourgeois que l’on voyait partout.

Habilement, Kohan a justement utilisé une jeune femme blanche et bourgeoise, Piper Chapman, pour pénétrer dans un environnement carcéral où les femmes de couleur sont majoritaires. Et au fil des saisons, a fait s’effacer son héroïne du premier plan pour laisser la tête d’affiche à toutes les autres, les droguées, les grosses, les moches, les malades, les tyrans, les simples d’esprit.

La dernière saison, qui sort ce 26 juillet 2019, clôturera la fin d’une ère. Beaucoup des fans de la première heure ont depuis lâché l’affaire, et elles ont eu tort : les derniers volets, sombres et cyniques, sont toujours aussi pertinents.

Nombre de saisons : 7

Temps nécessaire pour la bingewatcher :  91 heures

Bonus : la télé-réalité très « 2019 », Dating Around

En bonus, on vous conseille Dating around. Ce n’est pas vraiment une série, plutôt une sorte de télé-réalité, mais c’est en plusieurs épisodes et ça vaut vraiment le détour. Il s’agit d’une série de dates entre des personnes qui ne se sont jamais parlé. Elle est aussi drôle que touchante. On a aussi beaucoup aimé Sex Education, la série Netflix sur le sexe que tous les ados devraient voir (et les adultes aussi).

Partager sur les réseaux sociaux