La sitcom bienveillante n'a jamais réussi à grandir en audience au fil des saisons, contrairement à d'autres productions que Netflix a renouvelées.

La série One Day at a Time n’aurait même pas dû passer la première saison, a laissé entendre Cindy Holland, directrice des contenus chez Netflix, au cours d’une interview accordée au Hollywood Reporter le 30 avril 2019.

« Renouveler la série n’était pas logique financièrement  », a-t-elle asséné à propos de la sitcom multi-caméras sur une famille d’origine cubaine, très bienveillante et multiculturelle, qui a été arrêtée après 3 saisons en mars 2019. « C’est aussi pour cette raison qu’on a pris tellement de temps entre chaque saison » avant de donner le feu vert pour un nouveau volet, a précisé la directrice des contenus, expliquant combien la décision de « sauver » la série était plus émotionnelle que financièrement viable.

«  Nous adorons la série et nous savions que ses fans étaient passionnés, nous savions qu’il était important de la soutenir. C’est pour ça qu’on a soutenu 3 saisons. Mais au bout d’un moment, on est obligés de prendre la décision difficile de lui faire nos adieux et de partir à la recherche d’autres histoires dans lesquelles investir, qui, je l’espère, feront plus d’audiences  », a-t-elle justifié.

One Day At a Time // Source : Netflix

Une grosse campagne mais peu de spectateurs

One Day at a Time a été arrêtée le 14 mars dernier, après une grosse campagne de renouvellement lancée par la productrice Gloria Calderón Kellett. Un mois plus tôt, elle affirmait sur Twitter qu’elle venait de rencontrer Netflix dans une optique de renouvellement pour une quatrième saison, mais que bien que la plateforme « adorait » la série, il « fallait plus de spectateurs ». Elle encourageait les abonnés Netflix à foncer regarder la série pour augmenter les statistiques.

Mais si le message était passé sur Twitter — One Day At A Time était dans les sujets les plus discutés au lendemain de l’appel de Calderón Kellett —, l’engouement virtuel n’a pas suffi.

Beaucoup d’abonnés ont comparé la différence de traitement entre One Day at a Time (ODAAT) et On My Block, une série également très diverse qui a, elle, reçu un renouvellement pour une saison 3 à peine deux mois après la mise en ligne de la saison 2. Cindy Holland l’explique simplement : On My Block a vu son audience très largement augmenter entre la première et la deuxième saison, notamment grâce au bouche à oreille. En revanche, « One Day At a Time avait une audience passionnée mais plutôt petite, qui ne grandissait pas au fil des saisons », conclut-elle.

Netflix avait visiblement conscience de l’importance de ODAAT sur son public de fidèles : c’est l’une des rares fois où la firme s’est fendu de plusieurs tweets très sérieux pour annoncer son annulation. La multinationale rappelle également qu’elle a de nombreuses séries avec des personnes non blanches en préparation, et que la diversité lui tient à cœur.

Si elle ne donne toujours pas beaucoup d’indications d’audience, la plateforme de vidéo à la demande par abonnement (SVOD) aux 148 millions d’abonnés assume de plus en plus prendre des décisions en fonction du succès populaire de ses séries. C’est mathématique : plus la multinationale va créer de nouvelles productions, plus elle devra en annuler — c’est d’ailleurs ce que disait vouloir Reed Hastings, le CEO de l’entreprise, pour pousser ses équipes à être plus créatives. Cette nouvelle ère est désormais bien enclenchée.

Partager sur les réseaux sociaux