La fondation Dalí se plaint de l'usage sans accord des masques représentant le peintre dans La Casa de Papel.

La Casa de Papel a des millions de fans à travers le monde, mais la Fondation Gala-Salvador  Dalí  n’en fait pas partie. L’organisation gérant l’héritage du peintre espagnol depuis 1983 se serait plainte des masques utilisés par les braqueurs de la série, selon ce que rapporte El País ce 23 janvier.

« Nous sommes en train de régulariser les utilisations du droit à l’image de Salvador Dalí », a déclaré la fondation, sans pour autant encore parler de recours en justice. Selon elle, les producteurs de la série auraient dû demander l’autorisation avant d’utiliser l’image du peintre.

Les masques de la discorde // Source : Netflix

Devenu aussi connu que le masque de Guy Fawkes des Anonymous, celui de La Casa de Papel ressemble énormément au visage du peintre, reconnaissable à sa célèbre moustache. Problème : les producteurs de la série n’auraient jamais demandé l’autorisation d’utiliser l’image de l’artiste.

Une caricature, et rien de plus ?

Les critiques de la Fondation Gala-Salvador Dalí  n’ont pas tardé à atteindre les oreilles des membres de la production. Selon eux, l’équipe n’aurait rien à se reprocher car le masque ne servirait que de caricature et de symbole : «  La série illustre la victoire de David contre Goliath (…) et le masque est utilisé comme icône de la lutte contre les pouvoirs politiques et économiques. » Du côté de la chaîne espagnole Astremedia, qui a diffusé les deux premières saison de la Casa de Papel en premier, on affirme que le masque « est un dessin qui ressemble à Salvador Dalí, mais n’importe qui peut porter une moustache, même si Dalí l’a popularisée. »

Netflix n’est pas à l’origine du projet la Casa de Papel  : la plateforme de SVOD a d’abord racheté les droits de diffusion des deux premières parties, avant d’acquérir toute la série pour développer une Partie 3 qu’elle diffusera exclusivement. Contacté par El Pais, un porte-parole confirme simplement que le choix de ce masque en particulier venait « des créateurs » de la série.

Avec des millions de spectateurs pour ses deux saisons, le visage de Salvador Dalí a regagné en popularité à travers le monde.

Partager sur les réseaux sociaux