Contrairement à Star Wars Battlefront II, Battlefield V n'aura pas de loot boxes. La controverse a porté ses fruits.

Pas de mode Battle Royale, mais surtout pas de Premium Pass ni de loot boxes (caisse de butin). Battlefield V, présenté la semaine dernière par Electronic Arts, ira à l’essentiel… Et à l’économie. Après la controverse Star Wars Battlefront II, le géant américain était, en quelque sorte, pieds et poings liés.

Officialisée dans un tweet publié le 28 mai 2018, la bonne nouvelle sert désormais d’outil de communication pour Electronic Arts. En écrivant noir sur blanc que Battlefield V n’aura pas de loot boxes, il ajoute en filigrane qu’ils ont compris que les joueurs et les joueuses n’apprécient vraiment pas cette pratique.

Personne n’en veut

À dire vrai, il était difficile d’imaginer EA reprendre le risque d’introduire des loot boxes, mises au pilori par beaucoup de monde, des joueurs aux autorités publiques. Le caractère aléatoire, le risque d’addiction et le syndrome du pay-to-win sont autant d’arguments ne qui ne jouent pas en faveur de ces microtransactions, ces actions qui forcent les joueurs à vider leur compte en banque pour évoluer plus rapidement.

De toute évidence, l’éditeur n’a pas envie de revivre l’épisode Star Wars Battlefront II, lorsqu’il avait dû retirer toutes les microtransactions le jour même du lancement. Un buzz négatif qui avait alerté les gouvernements. Dans l’esprit de certains, les loot boxes s’apparentent à des jeux d’argent au regard du caractère aléatoire de la récompense. Pour preuve, la Belgique les considère à présent comme illégales et ce n’est pas le macaron risible de l’ESRB qui y changera quoi que ce soit.

Les alternatives

On pourrait se dire que les loot boxes appartiennent désormais au passé —  Warner Bros. ayant lui aussi retiré ses boîtes de loot de La Terre du Milieu : L’Ombre de la Guerre —. D’autant plus que si elles représentaient une manne financière non négligeable pour les éditeurs, il existe encore d’autres leviers à activer pour gagner de l’argent.

Comme Star Wars Battlefront II, Battlefield V n’aura pas de Season Pass, signifiant que les modes et cartes à venir seront gratuits. Il reste les éléments cosmétiques payants, qui permettent au joueur d’affirmer sa différence. Sauf que là, on sait ce que l’on achète : on paie quelques euros pour avoir le droit de porter un costume spécial. Et comme tout le reste est gratuit (hors prix du jeu), les fans sont plus enclins à mettre la main à la poche.

Par exemple, GTA Online est un exemple prouvant que les microtransactions acceptables qui peuvent également faire le bonheur des bilans financiers. Fornite et ses passes de Combat en est un autre. Rocket League veut même imiter ce système, qui consiste à faire payer des récompenses premium à obtenir en progressant dans le jeu. C’est dire combien les loot boxes ne manquent pas de substituts. Aux studios de ne pas céder à la gourmandise.

Partager sur les réseaux sociaux