Pokémon Company a enfin parlé de Palworld, qui empile les succès depuis son lancement. L’entreprise derrière la saga à qui le jeu est comparé va se pencher sur d’éventuelles violations de sa propriété intellectuelle.

Palworld n’est-il qu’un immense plagiat de Pokémon, suffisamment pour être inquiété par la justice ? Certains estiment que non. Beaucoup pensent que oui. D’autres seraient carrément prêts à inventer des preuves. Sauf que les avis des uns et des autres sur les internets ne valent pas grand-chose, face à la parole de Pokémon Company, qui s’est enfin exprimé au sujet de Palworld.

Dans un communiqué publié le 25 janvier, l’entreprise japonaise commence par indiquer : « Nous avons reçu beaucoup de demandes sur un jeu sorti en janvier 2024, développé par un autre studio. » On notera que Pokémon Company ne nomme ni Pockpetpair ni Palworld. Pendant ce temps-là, celui dont il ne faut pas prononcer le nom a franchi le cap des 8 millions de ventes, rien que sur Steam, et dispose d’une roadmap pour l’avenir.

Palworld // Source : Pocketpair
Palworld // Source : Pocketpair

« Nous prévoyons d’enquêter » : Pokémon Company sur Palworld

Resté silencieux depuis la sortie de Palworld, voire depuis les premières bandes-annonces du jeu de survie (qui ne datent pas d’hier), Pokémon Company semble envisager tous les scénarios. La multinationale explique : « Nous n’avons accordé aucune permission à ce jeu concernant l’utilisation de la propriété intellectuelle Pokémon ou d’assets. Nous prévoyons d’enquêter et de prendre les mesures appropriées pour sanctionner toute action qui aurait violé la propriété intellectuelle liée à Pokémon. »

À Pokémon Company de poursuivre : « Nous allons continuer de choyer tous les Pokémon et leur univers. » On rappelle qu’un ancien directeur du département légal a fait part de son étonnement quant à l’existence de Palworld, qui ressemble à ses yeux à « une arnaque habituelle ».

Force est de reconnaître que Palworld ressemble beaucoup à Pokémon dans le design des créatures. Il a même été surnommé le « Pokémon avec des armes », en raison de sa représentation de la violence et de sa cruauté très poussée. Néanmoins, selon des avocats, Pokémon Company gagnera difficilement sur le seul motif de l’imitation. Il faudra que l’entreprise prouve qu’il y a eu un vol manifeste. Bref, nous ne sommes peut-être qu’aux prémices d’une immense bataille.


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.