Invitée à participer à la quatrième saison de LOL : qui rit sort sur Prime Video, Blanche Gardin a décidé de refuser l’invitation et de la dénoncer publiquement. L’humoriste s’offusque du cachet qui lui est proposé et s’en prend, avec de bons arguments, et de moins bons, à Amazon.

Mise à jour, publiée le 26 avril :

Amazon a contacté les médias pour faire valoir son droit de réponse. Dans un communiqué, la marque nie les accusations de Blanche Gardin, tout en rappelant ses promesses pour atteindre la neutralité carbone en 2040. Amazon propose aussi d’ouvrir ces sites logistiques aux visiteurs. Numerama lui a fait savoir qu’il était intéressé pour s’y rendre :

« La déclaration de Madame Blanche Gardin publiée sur les réseaux sociaux contient des commentaires faux et inexacts à propos d’Amazon. Depuis plus de deux décennies, nous nous efforçons de gagner la confiance de nos clients en France en contribuant au dynamisme des territoires, en offrant un service d’excellente qualité, une offre large de produits et des prix bas, et ce malgré l’augmentation du coût de la vie. Nous avons pris un engagement ambitieux dans le cadre de la lutte contre le changement climatique avec The Climate Pledge, pour atteindre la neutralité carbone dès 2040. Nous soutenons en France la croissance de plus de 13 000 petites et moyennes entreprises françaises qui vendent sur Amazon et ont créé plus de 35 000 emplois. Nous payons notre juste part d’impôts, qui s’est élevée à 1 milliard d’euros en 2021, et nous offrons à nos plus de 20 000 salariés en France un environnement de travail sûr et moderne, avec des salaires compétitifs et d’excellents avantages sociaux. Chacun est le bienvenu pour visiter l’un de nos sites logistiques. »

Article original, publié le 21 avril :

Amazon, qui fait tout pour soigner son image en France, regrette probablement d’avoir invité Blanche Gardin à participer à la prochaine saison de LOL : qui rit sort. Pressentie depuis plusieurs semaines pour succéder à Pierre Niney, Jonathan Cohen ou Virginie Efira, l’humoriste a décidé d’attaquer publiquement la multinationale américaine sur son compte Facebook. Blanche Gardin, qui n’est a priori pas très admirative de Jeff Bezos et de son empire, refuse formellement de travailler pour Prime Video. Elle s’offusque de la somme exorbitante qui lui est proposée, tout en attaquant directement Amazon.

200 000 euros pour une journée de tournage

Sur sa page Facebook, Blanche Gardin écrit une lettre à Jeff Bezos. Un des principaux reproches qu’elle fait à Prime Video est de lui avoir proposé 200 000 euros pour 8 heures de travail, soit 4 fois plus que la mise qu’elle pourrait remporter pour une association : « Il se trouve aussi que je serais gênée aux entournures (pour ne pas dire que ça me ferait carrément mal au cul) d’être payée 200 000 euros pour une journée de travail même si je perds à votre jeu, quand l’association caritative de mon choix remporterait, elle, 50 000 euros, c’est-à-dire 4 fois moins, et encore, seulement si je gagne. ».

La lettre de Blanche Gardin à Jeff Bezos. // Source : Facebook
La lettre de Blanche Gardin à Jeff Bezos. // Source : Facebook

C’est la première fois qu’un artiste communique publiquement sur la rémunération du programme d’Amazon, que certains ont longtemps pensé être de la promotion gratuite (ce qui était, toutefois, peu probable au vu de l’implication des participants de l’émission, qui en font de la pub de partout). Plusieurs fuites suggéraient des salaires entre 50 000 et 250 000 euros dans la dernière saison, sans que l’on puisse les vérifier. La proposition faite à Blanche Gardin confirme qu’Amazon dépense bien une fortune pour s’arracher le service d’humoristes.

Une réaction qui ne fait pas l’unanimité

Habituée aux controverses (récemment dans l’affaire Bastien Vivès, qu’elle a soutenu), Blanche Gardin ne fait logiquement pas l’unanimité. Son argument sur les associations, bien que justifié (l’émission annonce que les humoristes jouent pour une cause, sans dire qu’ils sont payés une fortune pour être là), peut toutefois être nuancé : certains estiment qu’il suffirait de verser l’intégralité de son cachet à l’association de son choix.

D’autres éléments mis en avant par Blanche Gardin génèrent du débat, dont celui qui oppose notamment le modèle du cinéma à celui du streaming. « En tant qu’actrice et auteure de films, je caresse le rêve un peu fou que mes futurs projets puissent sortir dans une salle de cinéma » écrit Blanche Gardin, sans prendre en compte que c’est, en partie, la chronologie des médias française qui empêche les productions Amazon de sortir au cinéma. « Je n’ai pas envie que dans dix ans plus personne n’aille au cinéma et qu’on soit tous en train de mater des séries sur le canap’ en se faisant livrer des burgers par des sans-papiers qui pédalent sous la pluie.»

LOL, qui rit sort // Source : Amazon Prime Video
Le casting de la saison 3 de LOL, qui rit sort, très bien payé. // Source : Amazon Prime Video

Le reste des reproches faits à Amazon reprend des arguments, certes souvent entendus, mas incontestables : Impôts, pollution, Ouïghours, emplois… Amazon est le diable, et Blanche Gardin refuse de s’y associer.

Sur les réseaux sociaux, les détracteurs de l’humoriste lui font remarquer qu’elle travaille beaucoup avec Canal+, une entreprise empêtrée dans des scandales, connue elle aussi pour son envie de devenir un géant du streaming (et qui bénéficie d’un régime spécial en échange de son financement du cinéma).

Cette lettre ouverte, qui mélange beaucoup de choses, aura eu le mérite de lever le doute sur les conditions de tournage de LOL : qui rit sort, qui n’est pas seulement une émission que l’on fait juste pour rigoler (ou plutôt ne pas rigoler) entre amis.

Source : Montage Numerama

Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !