On n’a pas résisté à l’appel de la construction d’un Bowser, ennemi emblématique dans la saga Super Mario Bros., en Lego. Le produit est vraiment impressionnant. Son processus d’assemblage est malin.

Lego et Nintendo sont les deux meilleurs amis du monde depuis 2020, année où ils ont scellé une alliance commerciale autour de sets à l’effigie de la saga Super Mario Bros.. Ce mariage est vertueux : régulièrement, Lego remplit les rayons de nouvelles constructions à découvrir (tant pis pour notre compte en banque). Si la gamme Super Mario se destine d’abord aux enfants, Lego et Nintendo n’ont pas oublié les plus grands. Dans le catalogue, on retrouve ainsi une jolie reproduction de la console NES, un cube ingénieux inspiré de Super Mario 64 et… une figurine géante de Bowser.

En Lego, l’éternel ennemi du plombier moustachu est impressionnant : à l’aide d’un peu plus de 2 800 pièces, on assemble un personnage mesurant plus de 30 centimètres. Cette taille nécessite de la place pour installer ce Bowser confortablement et durablement sur une étagère. On reste néanmoins loin des 4,3 mètres de celui qui était exposé sur le stand de Nintendo pendant la Paris Games Week (salon de jeux vidéo organisé du 2 au 6 novembre 2022).

On a craqué pour ce Lego Bowser et, au-delà de son apparence fidèle et réussie, la construction permet de souligner l’immense ingéniosité des concepteurs Lego.

How it started... How it finished*...

*Il s’agit en réalité du gros Bowser de 4,3 mètres, qui ne rentrera dans aucun salon (hélas).

Le Lego Bowser est vraiment beau

Aux yeux des experts, la réussite d’un set Lego visant un public plus mature se mesure avec deux critères : le résultat esthétique du modèle reproduit et les techniques de construction mises en œuvre pour lui donner forme. Ces deux critères sont bien évidemment liés : sans ingéniosité, il est difficile d’être 100 % fidèle en empilant simplement des briques majoritairement cubiques. C’est encore plus vrai pour des personnages, en comparaison de bâtiments répondant à une architecture plus élémentaire.

Concernant le look du Bowser en Lego, il est difficile d’émettre une critique. Non seulement on reconnaît le personnage de loin, mais en prime, Lego est parvenu à respecter les mensurations et la silhouette de Bowser. On parle quand même d’une grosse tortue bipède qui fait parfois penser à un dinosaure. Musculature, carapace imposante, pics acérés, cornes : toutes ces caractéristiques sont parfaitement gérées — sans que les bords paraissent trop anguleux.

Lego Bowser // Source : Maxime Claudel pour Numerama
Le visage est très détaillé (on peut bouger les yeux et les sourcils pour agir sur l’expression). // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Mieux, les ingénieurs Lego se sont arrangés pour qu’il y ait le moins de jeu possible entre les différentes parties. C’est certainement le point le plus impressionnant. Par ailleurs, on aurait pu craindre le pire concernant les nombreuses parties arrondies. Mais, l’inventaire de pièces — plus de 2 800, pour rappel — est suffisamment fourni pour que la majorité des obstacles soit levée : avec des carrés, Lego sait faire des ronds. Bien entendu, l’entreprise danoise ne peut pas toujours faire de miracle : alors que la carapace, les pattes, le ventre et la tête sont des modèles d’imagination, les mains, plus particulièrement les doigts, sont moins inspirées. On insiste vraiment sur la carapace, qui ne laisse paraître aucun interstice (vous pouvez le constater sur la comparaison ci-dessous).

Les coulisses de la carapace La carapace terminée

De l’ingéniosité partout

Outre les techniques de construction, plus épatantes les unes que les autres, utilisées pour que Bowser ressemble le plus possible à Bowser, Lego s’est forcé à en faire une figurine — légèrement — articulée. Ce fut une contrainte de plus dans son cahier des charges, mais elle révèle des moyens hyper ingénieux pour faire tourner la tête de Bowser et ouvrir sa grande mâchoire. Chaque mécanisme est une association d’éléments peaufinés à l’extrême, masqués par une structure d’ensemble bien pensée. Cela rend le Bowser fonctionnel et interactif (même s’il reste un objet de décoration), et la construction beaucoup plus ludique. Surtout, il y a plusieurs moments où l’on se demande comment Lego a pu trouver telle ou telle astuce pour que la magie opère. En prime, ce Bowser est hyper robuste, ce qui facilite les manipulations.

Le mécanisme de la bouche :

Bouche fermée Bouche ouverte

Les différentes trouvailles de Lego font que l’on prend beaucoup de plaisir à assembler ce Bowser. Le processus peut facilement prendre une après-midi entière (il nécessite la supervision d’un adulte). Pour que la construction ne soit jamais monotone, Lego ne fait qu’enchaîner les va-et-vient entre les différentes portions du corps de Bowser. On commence par le tronc, puis une partie de la carapace, puis les jambes, puis la tête… et ainsi de suite jusqu’aux membres supérieurs. À quelques exceptions près (les quelques parties symétriques), rien n’est répétitif. C’est un point à souligner pour un produit avec autant de pièces. On sait, à la lecture de certains tests, que des gros sets peuvent être fastidieux à monter (exemple : le Colisée).

Lego Bowser // Source : Maxime Claudel pour Numerama
Le tronc n’est pas terminé, mais les jambes sont déjà montées. // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Ce Lego Bowser est compatible avec les figurines Mario, Luigi et Peach des sets classiques. Le socle, au demeurant très réussi dans sa manière de matérialiser la puissance et le poids du méchant, cache des codes barres que l’on peut scanner avec lesdites figurines pour apprécier quelques animations exclusives. On notera quand même qu’un éventuel duel entre ce Bowser géant et un petit Mario semble très déséquilibré sur le papier. Pour Lego, et Nintendo, c’est surtout un clin d’œil à la gamme Super Mario — pensée pour rencontrer un vrai succès. Référence plus anecdotique, mais pertinente : la bouche de Bowser renferme un missile ressemblant à une boule de feu. Il est automatiquement éjecté quand il ouvre sa gueule (attention à ne pas viser vos animaux).

Lego Bowser // Source : Maxime Claudel pour Numerama
le mécanisme qui permet à la tête de tourner // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Le Lego Bowser en chiffres

  • Nombre de pièces : 2 807 ;
  • Mensurations :  32 cm de haut, 41 cm de large et 28 cm de profondeur (avec le présentoir) ;
  • Âge recommandé : 18 ans et plus ;
  • Nombre d’étapes pour la construction : 555 ;
  • Nombre de sachets : 22 ;
  • Temps requis pour la construction : entre 5 et 10 heures ;
  • Prix (site Lego) : 269,99 €.

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.