On a reçu quelques boîtes de la gamme Lego Super Mario. Et on est tombé tout de suite amoureux de la figurine à l'effigie du plombier.

Déballer une boîte Lego, même à plus de 30 ans, confère toujours ce sentiment d’être un enfant devant ses cadeaux de Noël. Il y a assurément un petit côté Madeleine de Proust, qui renvoie à de joyeux souvenirs d’insouciance et de créativité. Avec la gamme Lego Super Mario, lancée au début du mois d’août, ce sentiment est double car le célèbre plombier de Nintendo est un héros d’enfance qui n’accuse pas le poids des âges. Pour preuve, dès l’ouverture du Pack de démarrage, indispensable pour profiter de l’expérience centrée sur une figurine interactive et connectée, on est tout de suite tombé amoureux du Mario sous cette forme atypique.

Lego et Nintendo sont deux entreprises spécialistes, reconnues pour leur savoir-faire qui continue de plaire à de nombreux fans année après année. D’un côté, la multinationale japonaise sait comment choyer sa propriété intellectuelle, afin que ses mascottes soient toujours très bien représentées. De l’autre, la firme danoise sait y faire en matière d’authenticité pour rendre hommage aux licences auxquelles elle se lie. En somme, le mariage des deux ne pouvait être qu’idéal et la figurine Mario en est un digne représentant.

La figurine Mario n’est pas que chou, elle est aussi ingénieuse

Une grosse tête cubique, des petits bras, des courtes jambes, un embonpoint assumé, la moustache impeccablement taillée… : la figurine Mario est bien un produit Lego. Elle ressemble à un bonhomme classique, qui serait agrandi pour accueillir deux piles LR03 (non fournie) et les dispositifs autorisant les interactions. Livrée — un peu — démontée et très lourde, elle impose l’utilisation d’un petit tournevis pour pouvoir l’alimenter (il n’est pas fourni non plus).

Au dos, on trouve un bouton qui permet de l’animer et un autre pour la connexion Bluetooth. Un ‘Lego Mario Time’ retentit pour valider la mise en route et ses yeux s’éveillent puis clignotent grâce à deux petits écrans. Le premier allumage confirme le sens du détail cher à Nintendo et Lego. Il est appuyé par le bruit qui accompagne le plombier quand on le fait sauter. C’est le même que dans les jeux vidéo. Si vous allongez Mario, il s’endormira… et ronflera. Les sons et images sont nombreux et parleront assurément aux fans.

Lego Mario en train de dormir // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Au-delà des apparences craquantes, cette figurine Lego Mario est ingénieuse. Connectée à une application disponible sur iOS et Android, elle est équipée d’un capteur sous la salopette qui permet de lire des pièces spéciales (qui ressemblent à des codes barres). Cette interaction déclenche des animations sur le visage et le torse du plombier moustachu en fonction de ce que lit ledit capteur (exemple : la validation d’une pièce ramassée).

Il est par ailleurs possible d’habiller Mario avec différents costumes. Comme dans les jeux vidéo, ils offrent au héros des compétences spéciales. Comment la figurine reconnaît la tenue ? Par des petits points d’accroche différents à l’intérieur (voir photo ci-dessous). Il fallait y penser et, de l’extérieur, l’illusion fonctionne.

Différence à l’intérieur des tenues // Source : Maxime Claudel pour Numerama

On se souvient que Nintendo avait usé d’astuces similaires pour ses produits Labo, qui rassemblent des constructions en carton très bien pensées. On retrouve ce savoir-faire dans la gamme Lego Super Mario, qui offre l’opportunité de concevoir des niveaux dans la vraie vie en assemblant des décors — au moyen de boîtes qui coûtent cher. Il faut environ 600 euros pour acquérir toute la gamme, un gros frein à l’achat à première vue malgré tout le bien que l’on peut penser du soin accordé au produit.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo