Le déconfinement observé en Europe s'accompagne aussi d'un assouplissement des conditions de voyage au sein du continent. Mais parce qu'il existe encore des subtilités d'un pays à l'autre, un site dédié, Re-Open EU, a été lancé afin d'y voir clair.

Depuis la mi-juin, les restrictions de circulation au sein de l’Union européenne se sont considérablement allégées grâce à l’endiguement réussi du coronavirus au sein du continent. Certes, la maladie circule toujours, mais dans des proportions moindres que ce printemps. En France par exemple, le nombre de nouveaux cas a fortement chuté depuis avril, tout comme les décès quotidiens.

Concrètement, les ressortissants européens ont la possibilité de voyager au sein de l’Union européenne depuis le 15 juin. Toutefois, il peut exister des petites subtilités d’un pays à l’autre. Par exemple, si l’entrée en France en voiture, en moto ou en camping-car se fait sans restriction, ce n’est pas le cas des Pays-Bas ou du Danemark. Dès lors, il n’est pas évident d’avoir une idée claire de la situation.

Une carte interactive de l’Europe

C’est là que le site Re-open EU (Ré-ouvrir l’Union européenne) entre en jeu. Ce site officiel met à disposition une carte interactive qui permet de visualiser État par État la situation en matière d’informations gouvernementales et sanitaires, de voyages, de services, de santé et de sécurité. Les informations sont actualisées régulièrement, afin de fournir des éléments à jour pour le public.

Le site, par sa nature même, exclut les sites qui ne figurent ni dans l’espace Schengen ni dans l’Union européenne. Le site ne propose donc rien pour des pays comme la Suisse, la Norvège, le Royaume-Uni ou encore l’Islande. Pour avoir une information spécifique, il est recommandé de nouer contact avec les ambassades ou de visiter le site du ministère des Affaires étrangères.

Re-open EU Belgique
Un focus sur la Belgique.

À titre d’exemple, l’Islande a mis en place le 24 avril 2020 une quarantaine (qui dure en fait quatorze jours) pour les voyageurs étrangers. Ils ont la possibilité d’y échapper depuis le 15 juin, mais à la condition de se soumettre à un test de dépistage qui est à leurs frais — il est annoncé aux alentours de 100 euros par personne, à l’exception des mineurs nés après le 1er janvier 2005.

Quelques exemples : en date du 16 juin, le port du masque en public demeure obligatoire en Slovénie et en Lituanie. Le confinement à l’entrée du territoire est imposé en Espagne et en République tchèque. Pour sa part, l’Irlande n’a pas encore relâché la bride au sujet des bars, des restaurants, des cafés et des hébergements touristiques. Au Portugal, c’est l’accès par le train qui est suspendu.

La plateforme offre ainsi un excellent moyen d’avoir de la visibilité sur ce qu’il est possible de faire et à quelle date, pays par pays, ce qui est fort pratique pour les personnes qui ont l’intention de passer quelques jours de congés hors de leur pays. Quelques informations peuvent néanmoins manquer et il convient de se renseigner auprès de l’ambassade de sa future destination pour lever les ultimes incertitudes.

Partager sur les réseaux sociaux