Les vélos électriques en free floating d'Uber ont disparu de la capitale française. JUMP avait déjà retiré tous ses deux-roues de Bruxelles il y a un mois.

Il n’y a quasiment aucun vélo rouge JUMP dans Paris, ce lundi 15 juin 2020, a-t-on pu constater dans l’application Uber, après que le Parisien a repéré cette absence dans la matinée. Lorsque l’on se connecte dans l’app Uber, qui est propriétaire des vélos électriques en libre-service JUMP, on observe qu’il ne reste qu’une poignée de deux-roues répartis dans la capitale.

Il y a une dizaine de jours, il y en avait près de 3 000, rappelle le site Fluctuo, qui agrège en temps réel les données des API des applications de nouvelles mobilités comme les plateformes de partage de vélos, scooter ou trottinettes électriques. Ce dernier confirme qu’à la date du 14 juin, il n’y avait déjà plus que 220 vélos JUMP dans toute la ville, et que la tendance est décroissante depuis une semaine.

Contacté, un porte-parole d’Uber (JUMP) explique que l’entreprise a « déplacé la majorité de [nos] vélos et trottinettes dans [nos] entrepôts en préparation du transfert des opérations à Lime. »

La crise du coronavirus a touché durement Uber et Lime

Uber avait racheté JUMP en avril 2018 pour près de 200 millions de dollars alors que le marché de la mobilité électrique et du free floating (du partage de véhicules sans borne d’attache) était en pleine expansion. L’entreprise a toutefois récemment cédé les activités de JUMP à Lime, la startup de partage de trottinettes électriques, le 7 mai 2020, au cours d’une nouvelle levée de fonds de Lime, dans laquelle Uber était le principal investisseur. L’objectif pour Uber étant de transférer toutes ses activités de « micro-mobilité » dans Lime.

Il pourrait donc d’agir d’une décision de retrait momentané des vélos afin de transformer l’intégration des vélos électriques de JUMP dans les applications Uber et Lime. Fin mai, JUMP avait déjà retiré discrètement ses vélos de Bruxelles, et licencié ses employés belges.

Le porte-parole d’Uber/JUMP précise toutefois que «  le partenariat [avec Lime]n’est pas encore conclu en Europe » : il s’agirait donc d’une décision prise relativement tôt, et qui laisse planer de nombreuses inconnues sur une possible remise en circulation des deux-roues dans un futur proche.

Quasiment tous les vélos JUMP ont disparu de Paris // Source : Capture d’écran du 15 juin 2020

D’après les Echos, l’absorption de JUMP par Lime s’est soldée par de nombreux licenciements au sein de la marque au vélo rouge.

Au même titre que de nombreuses plateformes de free floating, Uber et Lime ont été durement touchés par la crise liée à la pandémie de coronavirus, qui a contraint, au printemps, la moitié de la population mondiale au confinement. Lime a licencié 13 % de sa masse salariale. Depuis le début de l’épidémie, Uber a renvoyé 25 % de ses employés.

Partager sur les réseaux sociaux