Bill Gates est au cœur de tous les complots liés au coronavirus. En cause : une analyse de 2015 à partir de l'épidémie d'Ebola où le milliardaire philanthrope décrivait les risques d'une pandémie mondiale similaire à celle que nous vivons en 2020.

Bill Gates a créé le coronavirus pour se faire de l’argent avec un vaccin ou pour contrôler l’humanité. C’est ce que disent mi-avril 2020 les théories du complot les plus farfelues, sur le milliardaire créateur de Microsoft, qui a depuis plusieurs années consacré sa vie et sa fortune à la lutte contre les épidémies à l’échelle mondiale.

D’après une étude du New York Times basée sur l’outil d’analyse des réseaux sociaux Zignal Labs, Bill Gates a été mentionné 1,2 millions de fois dans des théories du complot entre février 2020 et avril 2020. À ce titre, il dépasse de 33 % la deuxième théorie du complot la plus populaire et toute aussi délirante sur le coronavirus, qui estime que le réseau 5G a été conçu pour fragiliser les populations et rendre le virus mortel.

Le discours prophétique de Bill Gates

Pourquoi ? L’explication tient en une vidéo. Observateur des épidémies grâce à l’action de sa fondation créée en 2000 avec sa femme Melinda, Bill Gates a déclaré en 2015 lors d’une conférence TED que sa plus grande crainte pour l’humanité n’était pas une guerre nucléaire, mais une épidémie incontrôlée à l’échelle mondiale. Cette analyse était faite à partir d’Ebola qui avait touché principalement le continent africain en 2014. Bill Gates projetait alors une situation sanitaire de ce type à l’échelle du globe. « Si quelque chose tue plus de 10 millions de personnes dans la prochaine décennie, ce sera un virus hautement contagieux  », peut-on l’entendre dire, avant de compléter, quelques minutes après : « L’incapacité à anticiper pourrait rendre la prochaine épidémie bien plus dévastatrice qu’Ebola  ».

Oui, Bill Gates avait vu juste. En alertant sur l’incapacité des systèmes de santé mondiaux à faire face à une épidémie comme Ebola à l’échelle planétaire, le milliardaire avait compris mieux que quiconque ce qui nous attendait. Dans ce discours, il appelle également à une prise de conscience sur la possibilité d’une pandémie, égrenant des conseils que l’on entend désormais à propos du coronavirus, comme la possibilité de faire des tests en masse ou la nécessité de détecter rapidement un virus pour mieux maîtriser sa diffusion. Cette vidéo a été vue plus de 25 millions de fois ces dernières semaines, alors qu’elle n’avait attiré qu’une audience modérée depuis sa mise en ligne il y a 5 ans.

L’Amérique trumpiste cherche des coupables

Il n’en fallait pas plus pour des groupes allant de l’extrême droite aux anti-vaccins, jusqu’à QAnon, ce groupe conspirateur qui prétend qu’un état profond est en place contre Donald Trump et rallie des milliers d’Américains depuis le forum 4chan : pour eux, ce discours montre que Bill Gates est à l’origine de la pandémie de coronavirus. Une confirmation toute trouvée dans un tweet, où Gates condamne le retrait du financement américain de l’OMS, s’opposant ainsi à Donald Trump et participant dans le fantasme complotiste à l’état profond qui œuvre pour sa destitution. D’autant que le milliardaire a déjà promis de financer avec sa fortune les projets de vaccins les plus prometteurs contre le coronavirus : un autre signe qui montre son intérêt économique.

Ces biais de confirmation qui semblent être des ficelles grossières, déformant l’expertise d’un homme qui travaillait à son échelle sur ces sujets depuis 15 ans à l’époque du discours, ont fait de Bill Gates une cible de choix. Qu’importe que ce discours ne sorte pas exclusivement de son esprit, même à l’époque, mais soit basé sur des rapports précis de médecins, d’épidémiologistes et d’hôpitaux qui ont travaillé sur Ebola en 2014, pour sa fondation ou non. Qu’importe également que sa fondation ne tire pas de profit des vaccins qu’elle distribue ou de l’aide qu’elle apporte localement.

Alors que Donald Trump a appelé ses supporters dans la nuit à « libérer » les états démocrates qui ont mis en place un confinement, ces théories largement diffusées accentuent la défiance envers la science et mettent en danger un peuple américain qui peine déjà à endiguer l’épidémie.

Partager sur les réseaux sociaux