[Enquête Numerama] De nombreuses photos publiées sur Vinted par des vendeuses se retrouvent partagées sur des forums voyeuristes, à leur insu. D’autres sites, particulièrement glauques, proposent des IA pour déshabiller les femmes.

Sur les photos, Caroline ne montre jamais sa tête, qu’elle cache derrière son téléphone. Elle prend simplement la pose devant son miroir, vêtue des vêtements qu’elle essaye de vendre sur Vinted, que ce soient des pulls, des t-shirts, des jeans ou des robes. La quarantenaire, qui est sur Vinted depuis des années, a l’habitude de la plateforme. Pourtant, depuis un an, elle a remarqué qu’elle recevait beaucoup plus de messages qu’à l’accoutumée — tous venant d’hommes, et la plupart contenant des propositions ou des avances sexuelles.

Elle ne savait pas pourquoi. La réponse se trouvait finalement dans les bas-fonds d’un forum voyeuriste. Là, tous les jours, des hommes publient de longues listes de petites annonces Vinted sur lesquelles ils aperçoivent un peu de peau. Certains postent des listes « spéciales fesses », d’autres visent en particulier les vêtements moulants, ceux qui laissent apercevoir la forme des tétons, ou encore des robes. Tous passent des heures à scruter les profils Vinted, qu’ils partagent ensuite par centaines dans ces forums. Ces sites dédiés au voyeurisme se retrouvent très facilement sur Internet, et par dizaines. Numerama a retrouvé plusieurs de ces forums, qui publient des photos volées, et proposent même dans certains cas d’utiliser de l’intelligence artificielle pour « déshabiller » les femmes apparaissant dessus.

Des photos volées sur Vinted se retrouvent sur des forum voyeuristes // Source : Numerama
Des photos volées sur Vinted se retrouvent sur des forums voyeuristes. // Source : Numerama

Des forums voyeuristes dédiés aux photos volées

Vinted s’est imposé en quelques années comme un réflexe pour de nombreuses Françaises et Français. Avec 80 millions d’utilisateurs et d’utilisatrices dans le monde, dont 23 millions rien qu’en France, l’app de vente de vêtements de seconde main est un succès. Elle est pourtant aussi la source de nombreux problèmes pour les femmes. Depuis 2021, de nombreuses clientes expliquent subir du harcèlement sexuel sur la plateforme, sous la forme de messages à caractère érotique, de tentatives de drague, voire d’insultes de la part d’hommes.

Mais le harcèlement prend également une autre forme, plus vicieuse et moins visible : le vol de photos, et leur publication sur des forums voyeuristes. Ces derniers sont très facilement accessibles sur Internet, et ne cachent absolument pas leur activité. Numerama a ainsi pu repérer en quelques secondes, avec une simple recherche Google, de nombreux forums où des centaines d’utilisateurs partagent des photos Vinted volées à des utilisatrices, parfois françaises. Une abondance qui fait froid dans le dos.

Les sites que Numerama a consultés prennent tous la même forme, et sont extrêmement glauques. Il s’agit de forums voyeuristes, qui partagent des images exhibitionnistes faites par leurs membres de manière consentie, ainsi que des contenus pornographiques trouvés sur d’autres sites X. Mais ils republient également des images volées ou prises en cachette. De nombreuses sections sont dédiées à des photos prises par des caméras cachées dans des vestiaires de sport ou dans des douches ; d’autres sont dédiées à des « upskirt », c’est-à-dire des photos de femmes en jupe prises à leur insu, dans des lieux publics, et qui montrent parfois leurs sous-vêtements.

Les sections sur l'un de ces forums // Source : Capture d'écran Numerama
Les sections sur l’un de ces forums // Source : Capture d’écran Numerama

Une autre section, particulièrement dérangeante, concerne des photos prises lors d’examens gynécologiques ou médicaux. Dans d’autres sections, des utilisateurs semblent également publier du revenge porn, ou des images qui pourraient ne pas être consenties. Numerama a ainsi vu des utilisateurs voulant « partager » des images de « leur salope », ou expliquant vouloir « exposer » leur copine sur internet.

D’autres sections, qui apparaissent comme étant les plus populaires, sont vouées aux photos volées. Beaucoup de réseaux sociaux sont concernés : Numerama a ainsi pu voir que des photos de soirées en boite de nuit, publiées originellement sur Facebook, étaient repartagées sur ces forums. Des commentaires accompagnent parfois ces messages, indiquant lorsqu’on peut apercevoir des sous-vêtements, ou si deux personnes s’embrassent. Des images de soirées parisiennes lesbiennes ont également été partagées. Les organisatrices, contactées par Numerama, nous ont dit qu’elles allaient supprimer les photos concernées et qu’elles se renseignaient auprès d’avocats afin de voir les recours possibles.

Des listes de profils Vinted

Les liens vers les profils Vinted sont très nombreux. Ils sont publiés dans de longs fils, qui comportent des centaines de messages. Les publications prennent juste la forme de longues listes de liens, accompagnés de temps en temps de quelques remarques pour indiquer les images sur lesquelles on peut apercevoir des tétons ou des sous-vêtements. Certains posts classent les profils par nationalité, ou selon d’autres critères. Dans tous les cas, les photos sont rarement republiées directement sur la plateforme. À la place, on peut ainsi voir de longues listes de liens défiler.

Des exemples de profils Vinted partagés sur des forums voyeuristes // Source : Capture d'écran et montage Numerama
Des exemples de profils Vinted partagés sur des forums voyeuristes. // Source : Capture d’écran et montage Numerama

Numerama a retrouvé de nombreux profils d’utilisatrices françaises sur ces sites — dont celui de Caroline. « Je suis écœurée, je me sens sale, comme si j’avais fait du porno », nous raconte-t-elle. Par téléphone, elle nous explique cependant ne pas être étonnée. « Cela faisait quelque temps que je recevais des messages de la part d’hommes, j’étais hyper sollicitée. J’avais mis en vente un maillot à 8 euros, et un mec m’a proposé 150 euros si je passais la nuit avec le maillot avant de lui envoyer », se souvient-elle. « Je me suis demandée comment ils me trouvaient, mais je me disais juste qu’il y avait des fous partout. Mais en fait, ils devaient passer par ces forums… »

« Je me suis demandée comment ils me trouvaient, mais je me disais juste qu’il y avait des fous partout. »

Caroline, comme toutes les autres utilisatrices que Numerama a contactées, raconte qu’elle va supprimer les annonces concernées, et arrêter de publier des photos des vêtements portés — même si ce sont celles qui permettent le mieux de vendre. « Je n’ai pas envie d’arrêter Vinted à cause de ce genre de personnage, mais je vais faire attention aux photos maintenant, et je ferai des photos sur des cintres. »

Des IA pour déshabiller les femmes

Un dernier site repéré par Numerama rend l’histoire encore plus lugubre. Un site pornographique propose une catégorie « Vinted » au milieu de vidéos et de photos X. Dans cette catégorie, il n’y a pas de liens vers des profils ni de message, mais une grande mosaïque de photos sur lesquelles des femmes prennent la pose et sourient, toujours habillées — il n’y a rien d’ouvertement pornographique sur ces images. Numerama n’a pas réussi à retrouver les femmes apparaissant sur ces photos. Un autre détail saute aux yeux en haut de la page : un gros bouton vert « Undress AI », une « intelligence artificielle pour déshabiller ».

Ce site propose d'utiliser une AI pour déshabiller les femmes // Source : Capture d'écran Numerama
Ce site propose d’utiliser une AI pour déshabiller les femmes. // Source : Capture d’écran Numerama

En cliquant sur ce bouton, nous sommes redirigés vers un autre site, nous proposant de réaliser un « deepnude » avec de l’intelligence artificielle. Les images et les instructions sur le site sont claires : uploadez l’image que vous voulez, et une IA se chargera de déshabiller la personne sur l’image. Une pratique, qui a l’air de rencontrer un certain succès : d’après SimiliarWeb, le site en question aurait reçu 2 millions de visites depuis octobre 2023. Toute une économie s’est construite autour du vol de photos et sur leur exploitation.

Vinted, « c’est juste pas sécurisé »

« La confiance et la sécurité de nos membres sont une priorité absolue et nous ne tolérons aucune forme de harcèlement ou de comportements inappropriés sur notre plateforme », a réagi Vinted, contacté par Numerama. « Nous sommes très attentifs aux risques auxquels sont exposées toutes les plateformes en ligne, qu’il s’agisse de places de marché entre consommateurs ou de réseaux sociaux, par exemple. »

L’entreprise nous assure ainsi « tout [mettre] en œuvre pour créer un environnement sûr et assurer la meilleure protection possible à nos membres. Nous travaillons au quotidien pour rendre encore plus efficaces les différents outils et technologies sur lesquels s’appuient nos équipes dédiées à la sécurité sur la plateforme : dans cette optique, les mesures de sécurité sont régulièrement vérifiées et améliorées. »

« Ce genre de signalement n’est pas vraiment pris en compte »

Pourtant, les utilisatrices expliquent ne pas se sentir soutenues. « J’ai signalé les profils bizarres », explique Caroline, « mais je connais Vinted, il n’y a aucune sécurité sur ce site. Je pense que ce genre de signalement n’est pas vraiment pris en compte, on reçoit juste un message pour nous dire que c’est bien reçu », dit-elle, regrettant de ne pas voir de véritable changement sur la plateforme. « C’est juste pas sécurisé. Je n’ai jamais vu un site avec autant d’arnaques. »

Surtout, le problème du vol de photos n’est pas nouveau. Sur les réseaux sociaux, notamment X (anciennement Twitter), certaines utilisatrices dénonçaient le problème dès 2019. Près de 5 ans après, Vinted n’a toujours rien fait pour empêcher le vol de photos et pour protéger ses utilisatrices.

Les faits constituent pourtant une atteinte à la vie privée, comme décrit par l’article 226-1 du Codé pénal, confirme Suzanne Vergnolle, maîtresse de conférences en droit du numérique au Conservatoire National des Arts et Métiers, interrogée par Numerama. Le vol de photo peut également contrevenir à l’article 9 du Code civil, en étant une violation de la vie privée, et au RGPD, s’il y a une violation de données à caractère personnel.

Des voyeurs passent des heures sur les réseaux sociaux et sur Vinted pour trouver des photos // Source : Numerama
Des voyeurs passent des heures sur les réseaux sociaux et sur Vinted pour trouver des photos. // Source : Numerama

Néanmoins, il est difficile d’obtenir réparation pour les victimes. Déjà, car beaucoup ne savent pas qu’elles peuvent avoir recours à la justice. « J’ai autre chose à faire que de porter plainte », explique ainsi Caroline, « je n’y avais même pas pensé. Je me dis que quand une dame est tapée par son mari, personne ne l’écoute quand elle va porter plainte, alors pour une photo volée sur Vinted… »

« Quand une dame est tapée par son mari, personne ne l’écoute quand elle va porter plainte, alors pour une photo volée sur Vinted… »

Et lorsque les victimes se décident à porter plainte, « malheureusement, la procédure est longue et coûteuse », complète Aurore Bonavia, avocate spécialisée dans le numérique. Remonter jusqu’à la source d’une adresse IP et demander une levée d’anonymat sont des procédures longues et complexes, généralement menées plutôt par les grosses entreprises et non pas les particuliers. « En général, les plateformes ne sont pas situées en France », relève Aurore Bonavia, ce qui complique encore les démarches. « Si les victimes portent plainte, il est censé y avoir une enquête, mais les services de police peuvent être débordés et ne pas avoir le temps de beaucoup enquêter dessus », regrette-t-elle.

Il y a aussi les difficultés à joindre les plateformes, qui sont souvent hébergées en dehors de l’Europe, ou qui utilisent des services pour bloquer les recherches Whois (qui permettent de connaître les hébergeurs et les registrars d’un site). C’était notamment le cas pour l’un des forums sur lequel Numerama a enquêté, qui utilise Domain Anonymizer. Alerté par Numerama de la présence de contenus illicites sur le forum, Domain Anonymizer a déclaré qu’il fallait une décision de justice pour qu’ils transmettent les données des propriétaires du forum.


Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !