L’Arabie saoudite a dévoilé un nouveau projet extravagant : un circuit de Formule 1 dont certains passages sont surélevés de 70 m. La piste, qui fait partie d’un plus vaste ensemble de parcs d’attraction, doit être construite dans le désert.

On croirait les images sorties du jeu vidéo Mario Kart : une piste bordée de néons et de panneaux lumineux géants, des feux d’artifices dans le ciel et des virages situés sur une chaussée surélevée de 70 m au-dessus du sol. Pourtant, même si les images sont encore en 3D, il s’agit bien d’un vrai projet de circuit de Formule 1, dévoilé le 5 mars 2024 dans un communiqué de presse et dans une vidéo par l’Arabie saoudite : Qiddiya Speed Park Track.

La piste a été conçue par « l’ancien pilote de Formule 1 Alex Wurz et le concepteur de circuits allemand Hermann Tilke », explique le communiqué de presse. Elle doit comporter 21 virages et posséder un « dénivelé de plus de 108 mètres par tour. » Surtout, la piste intègrera un impressionnant premier virage en épingle sur « une section surélevée du circuit », à 70 m de haut. C’est ce passage en particulier qui semble tout droit sorti d’un jeu vidéo.

Le fameux virage élevé du circuit // Source : YouTube / Qiddiya
Le fameux virage élevé du circuit. // Source : YouTube /

Qiddiya, encore un projet démesuré et néfaste pour l’environnement

Ce n’est pas tout ce que les concepteurs du projet ont prévu pour le circuit. Les spectateurs pourront apparemment voir les courses depuis d’immenses terrasses placées autour du circuit, mais également depuis des piscines, construites en hauteur. Elle doit également avoir des sections « street circuit » et « open track. »

Des images du futur circuit // Source : SPA
Des images du futur circuit. // Source : SPA

La piste doit s’intégrer dans un ensemble plus large, nommé Qiddiya City, conçu comme une ville dédiée aux loisirs. Qiddiya comprendra ainsi un parc d’attraction, des salles de concert, un centre esport et gaming, un golf, un parc aquatique et le circuit de Formule 1. On peut d’ailleurs voir dans la vidéo que la piste doit passer tout près de certaines attractions et du parc aquatique. Le tout est censé être construit dans le désert, au sud-ouest de la capitale du pays, Riyad, et fait partie du plan Vision 2030, qui a pour objectif de faire sortir l’Arabie saoudite de sa dépendance au pétrole.

Qiddiya traduit parfaitement l’objectif du pays de se transformer en plateforme touristique importante, mais il n’est pas le seul projet de ce genre. L’Arabie saoudite a ainsi annoncé en 2021 la construction de The Rig, un hôtel et centre de loisir situés en pleine mer, sur des plateformes pétrolières (dont certaines construites exprès pour l’occasion). Le complexe doit « célébrer » le patrimoine pétrolier de l’Arabie saoudite, qui se rêve en future destination phare pour les touristes les plus fortunés.

Le circuit doit être élévé et placé au dessus d'une salle de concert // Source : SPA
Le circuit doit être élévé et placé au dessus d’une salle de concert. // Source : SPA

Qiddiya est aussi un marqueur de l’obsession du pays pour les projets futuristes, démesurés et néfastes pour l’environnement : faire sortir une immense ville et des parcours de golf au beau milieu du désert va être un désastre écologique. Qiddiya n’est ainsi pas sans rappeler d’autres projets dystopiques lancés par l’Arabie saoudite ces dernières années, au premier rang desquels se trouve The Line. La ville, qui doit être construite dans un seul bâtiment haut de 500 m et long de 170 km, s’annonce être une catastrophe environnementale, comme Trojena, la station de ski actuellement en construction dans le pays.


Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !