Les internautes ont rencontré quelques perturbations sur ChatGPT le 8 novembre. Le chatbot était saturé par des hackers pro-russes déterminés à mettre en panne le service.

Si ChatGPT a du mal à traiter vos demandes ce 8 novembre, c’est lié à une cyberattaque d’hacktivistes, qui se revendiquent comme pro-russes et islamistes. Le collectif de hackers Anonymous Sudan a revendiqué une attaque par déni de service (DDoS) contre le célèbre agent conversationnel américain. Les hacktivistes ont mis en avant un nombre élevé de dysfonctionnements recensés chez ChatGPT.

La société à l’origine du programme, OpenAI, a confirmé sur son site qu’elle a subi une panne majeure qui a également un impact sur les interfaces de la société. OpenAI déclare : « Nous sommes confrontés à des pannes périodiques dues à un trafic anormal reflétant une attaque DDoS. Nous poursuivons nos efforts pour atténuer ce problème ».

Les hacktivistes auraient utilisé Skynet, un botnet – un réseau d’appareil infecté, détournés pour des activités criminelles – dédié aux attaques par déni de service.

La revendication de cyberattaque contre ChatGPT. // Source : Numerama
La revendication de cyberattaque contre ChatGPT. // Source : Numerama
L'explosion des « erreurs » recensées par OpenAI. // Source : Telegram
L’explosion des « erreurs » recensées par OpenAI. // Source : Telegram

Des cyberattaques symboliques

Le collectif Anonymous Sudan a intensifié les DDOS contre des services populaires avec un puissant botnet. Cette stratégie consiste à lancer des vagues de connexion dirigées simultanément vers un site précis. Si le nombre de requêtes est suffisamment élevé, le serveur n’est plus en mesure de les traiter, et la plateforme visée s’éteint, pendant quelques heures le plus souvent. Il s’agit d’abord d’une technique de harcèlement symbolique et facile à exécuter pour les hackers. Le groupe a récemment attaqué le service de streaming musical Deezer.

ChatGPT recense 60 millions de visites par jour et a enregistré 1,43 milliard de visites mensuelles en août 2023.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.