Doctolib n’a qu’à bien se tenir. La pandémie de coronavirus est en train de donner un coup d’accélérateur aux services médicaux de Google. Preuve en est avec l’annonce, le 10 avril, d’une mise à jour de certains services pour permettre de trouver des médecins pouvant faire une téléconsultation et, surtout, de fixer un rendez-vous directement via l’entreprise américaine.

« Depuis le début de la pandémie, nous avons vu l’intérêt pour la télémédecine croître de façon spectaculaire. Les consultations médicales par téléphone ou vidéoconférence contribuent non seulement à alléger la charge de travail des cabinets médicaux et des urgences, mais sont aussi recommandées comme un moyen important de protéger les patients et le personnel contre le Covid-19 », écrit Google.

Une nouvelle option centrée sur la télémédecine pourra apparaître sur certaines fiches.

« Obtenir des soins en ligne »

La France, évidemment, n’échappe pas au phénomène, du fait des règles de confinement et de distanciation sociale, mais aussi par peur d’attraper le virus. En Bretagne, les actes médicaux à distance ont été multipliés par 31 depuis le 17 mars. Une bascule que les spécialistes sont bien obligés de suivre, puisque les patients fuient de toute façon les salles d’attente et les cabinets médicaux.

Concrètement, Google entend permettre aux soignants de mettre à jour leur profil d’établissement pour indiquer qu’ils sont en mesure d’ausculter des patients à distance. Pour cela, une nouvelle option pourra figurer sur la fiche du praticien afin « d’obtenir des soins en ligne ». Dans bon nombre de cas, cela voudra dire qu’il sera possible de prendre un rendez-vous pour une consultation à distance.

La mise en place de ce nouveau service, qui concernera à la fois la recherche dans Google et son outil cartographique Maps, doit avoir lieu mi-avril. L’entreprise américaine le décrit pour l’heure comme un projet pilote qui ne concerne pour l’instant que les États-Unis. Le déploiement de ces fonctionnalités n’est pas encore évoqué pour le reste du monde.