Les résultats financiers de Qualcomm pour le deuxième trimestre 2019 révèlent qu'Apple versera entre 4,5 et 4,7 milliards de dollars dans le cadre de l'armistice annoncé mi-avril.

L’information était restée secrète au moment de l’annonce de la paix retrouvée entre Apple et Qualcomm. C’est finalement à l’occasion de la publication des résultats de l’équipementier américain pour le deuxième trimestre 2019 que les détails financiers de l’accord entre les deux parties ont été communiqués.

On y a apprend que le règlement du litige avec Qualcomm implique un versement d’Apple évalué entre 4,5 et 4,7 milliards de dollars. Une somme rondelette, mais qui sera loin d’entamer la fortune de la firme de Cupertino — début 2018, sa trésorerie s’élevait à près de 270 milliards de dollars.

L’accord conclu entre Apple et Qualcomm est multiple : outre le volet financier, il inclut un abandon mutuel de tous les litiges judiciaires en cours au niveau mondial ainsi qu’un deal commercial de six ans (avec une extension possible de deux ans) permettant aux puces — notamment 5G — de Qualcomm de figurer dans les produits d’Apple.

Le Snapdragon X50 est le premier modem 5G commercial de Qualcomm. // Source : Qualcomm

Préparer l’arrivée de la 5G

Dans un bref communiqué, le patron de Qualcomm, Steve Mollenkopf, déclare au sujet de l’armistice avec Apple être « heureux d’avoir conclu des accords pluriannuels avec Apple » et dit se réjouir « de continuer à les soutenir en tant que client ». L’entreprise précise enfin être dans les délais quant à son calendrier sur la 5G.

Il est d’ailleurs probable que la mise en route, l’année prochaine, des premiers réseaux 5G dans le monde (c’est d’ailleurs déjà le cas partiellement à Séoul, en Coré du Sud) ait joué le rôle d’accélérateur dans la résolution du conflit entre Qualcomm et Apple. Si Tim Cook, le PDG d’Apple, veut avoir une connectivité 5G dans l’iPhone, il lui fallait régler la question de son approvisionnement en puces.

Certes, Apple n’a a priori pas l’intention de se lancer dans la 5G en 2019 — le top départ de l’ultra haut débit mobile ne surviendra vraiment qu’en 2020 –, mais il lui faut déjà baliser la route pour l’an prochain et déterminer avec qui commercer. Il existe d’autres fournisseurs de modems 5G : Huawei, MediaTek et Samsung. Intel, quant à lui, a choisi de renoncer à ce marché… justement à cause du deal entre Apple et Qualcomm.

Partager sur les réseaux sociaux