Spotify a déposé, le 28 février 2018, une demande pour entrer en bourse. Le leader du streaming musical souhaite passer par une cotation directe, sans émission de nouvelles actions.

Spotify a entamé l’année 2018 en passant la barre des 70 millions d’abonnés payants, confirmant la longueur d’avance prise par le géant vert sur ses concurrents. Le service suédois a déposé une demande d’introduction en bourse (IPO), le 28 février 2018, auprès de l’United States Securities and Exchange Commission, l’organisme chargé de réglementer les marchés financiers aux États-Unis.

Le formulaire, consultable en ligne, mentionne que Spotify pourrait passer par un processus de « direct listing », différent d’une introduction en bourse habituelle. La cotation directe signifie en effet qu’il n’y aura pas d’émission de nouvelles actions.

Spotify

Une économie pour l’entreprise

Ainsi, Spotify ne se trouverait pas dans l’obligation de lever des fonds en prenant appui sur ses propres liquidités. L’entreprise s’économiserait dès lors une partie des coûts entraînés par une entrée en bourse plus conventionnelle.

D’après le document, la société sera désignée sur le New York Stock Exchange par le nom « SPOT ». Spotify revendique par ailleurs 159 millions d’utilisateurs actifs par mois, au 31 décembre 2017.

159 millions d’utilisateurs actifs par mois

L’entreprise évoque un chiffre d’affaires de 4,09 milliards d’euros pour l’année passée, bien qu’elle ait également enregistré des pertes à hauteur de 1,24 milliard d’euros.

Pour l’instant, Spotify reste le service de streaming musical le plus répandu au monde. Néanmoins, sa position hégémonique pourrait être menacée aux États-Unis par Apple Music.

Partager sur les réseaux sociaux