Emil Oldenburg, co-fondateur de la populaire plateforme Bitcoin.com, a vendu tous ses Bitcoins, jugés « virtuellement inutilisables », pour leur préférer le Bitcoin Cash. À ses yeux, cette transition est inévitable pour les amateurs de crypto-monnaie.

La hausse continue de la valeur du Bitcoin — qui a récemment franchi le palier des 10 000 euros — ne fait pas que des heureux. Emil Oldenburg, co-fondateur de Bitcoin.com, un site de référence sur la crypto-monnaie visité chaque mois par plus de 15 millions d’internautes, a surpris plus d’un internaute en optant pour une approche radicale.

Jugeant la devise « virtuellement inutilisable  » à ce stade, il a préféré vendre tous ses Bitcoins, comme il l’explique au média suédois Breakit : « [Le Bitcoin] est l’investissement le plus risqué que vous puissiez faire. […] J’ai [tout vendu] pour passer au Bitcoin Cash. » Cette devise née d’un « schisme » du Bitcoin a réussi, en seulement quelques mois,s’imposer à la troisième place des crypto-monnaies — avec 58 milliards de dollars de capitalisation au 20 décembre –, derrière l’Ethereum et le Bitcoin.

Aux yeux d’Emil Oldenburg, les coûts de transaction importants, au même titre que les retards de validation des opérations en question, sont deux obstacles majeurs dans l’utilisation du Bitcoin — abordé en large et en travers dans le dernier numéro de Club Internet.

bitcoin monnaie virtuelle bitcoins

Une préférence pour le Bitcoin Cash

« Quand j’ai vendu mes Bitcoins, j’ai dû payer 50 dollars et attendre 12 heures pour que la transaction soit validée. C’est excessif » explique Emil Oldenburg, justifiant ainsi de sa préférence pour le Bitcoin Cash, aux frais de transaction bien plus réduits, et auquel il consacre désormais le développement de son site.

L’envol actuellement connu par le Bitcoin encourage toutefois certaines personnes à investir massivement, à l’instar de ces Américains qui sont prêts à hypothéquer leur maison pour acheter de la crypto-monnaie.

Article publié initialement le 19 décembre 2017

Partager sur les réseaux sociaux