Disparue du panorama actuel, la marque Palm pourrait faire son grand retour en 2018 avec une gamme de smartphones conçue par l'entreprise chinoises TCL. Dans les années 2000, Palm était principalement connue pour ses PDA.

C’est une époque que les plus jeunes d’entre vous ne connaissent vraisemblablement pas. Bien avant l’avènement de l’iPhone et la démocratisation d’Android, lorsque les smartphones n’étaient pas si « smart », des fabricants comme Palm se partageaient le marché des terminaux mobiles. Nous étions dans les années 2000. Depuis lors, Palm a complètement disparu de la circulation.

Palm Pre 2, l’un des derniers modèles de Palm.

Mais 2018 pourrait bien être l’année du retour de Palm. Ou plutôt de ce qu’il en reste. Car depuis l’âge d’or du constructeur de PDA, les choses ont bien changé : Hewlett-Packard a certes acheté Palm en 2010 pour 1,2 milliard de dollars, au grand regret de son ex-patron, mais pas pour faire des smartphones : ce sont les brevets qu’il voulait. En 2014, HP a ensuite cédé la marque Palm à TCL.

L’entreprise chinoise, qui fabrique notamment des smartphones en marque blanche à BlackBerry, à l’image du KeyOne, devrait ressusciter la marque Palm et lancer dans la foulée plusieurs appareil en 2018. C’est ce qu’a confié un cadre de TCL au site web Android Planet. On espère juste que la société aura le bon goût de moderniser son téléphone et de ne pas jouer exclusivement sur la nostalgie.

Gare aux mirages de la nostalgie

On se souvient que le Nokia 3310 version 2017, malgré un prix assez bas, nous avait laissé une impression très décevante, avec une finition pauvre, des couleurs criardes et un design finalement assez éloigné du modèle initial. TCL serait assez mal inspiré de ne vouloir miser que sur les souvenirs forcément imparfaits de ceux et celles qui ont connu les PDA de Palm il y a quinze ou vingt ans.

Il faudra donc un peu plus qu’un simple logo posé sur la coque du smartphone pour que réussir un retour.

C’est un point que TCL semble avoir intégré, au moins sur la partie logicielle : les futurs terminaux ne devraient en effet pas intégrer Palm webOS, mais Android, note Engadget. D’abord parce que le système d’exploitation appartient à LG, qui s’en sert pour ses téléviseurs connectés. Ensuite, parce que l’offre logicielle sur Android est infiniment plus fournie que sur Palm webOS. Et que l’OS est disponible, lui.

Partager sur les réseaux sociaux