Acer a dévoilé son Chromebook 15 à l'IFA 2017. Une bonne surprise pour une gamme qui tendait à stagner ces dernières années malgré des modèles plutôt avantageux.

Cette année, Apple a peu ou prou tué sa gamme MacBook Air. Ces ordinateurs peu onéreux étaient les chouchous des étudiants et des professionnels désireux d’avoir une machine polyvalente pour du travail en ultra-mobilité. Ce modèle a laissé sa place côté Apple aux MacBook, plus mobiles et aux derniers MacBook Pro, plus puissants.

Les nostalgiques de ce format pourraient être touchés par la proposition d’Acer, qui a, pour le dire vite, pris le corps d’un MacBook Air pour y faire entrer le système d’exploitation de Google, léger et tournant très largement autour des services du géant de Mountain View. Ces petites machines sont particulièrement appréciées par la rédaction pour leur polyvalence et, bien souvent, un rapport qualité/prix imbattable. Il peut séduire sans mal les étudiants qui ne voudraient pas dépenser une fortune dans un ordinateur pour les cours sans se faire arnaquer par les configurations entrée de gamme sous Windows incapables de faire tourner un simple traitement de texte de manière décente.

À l’IFA, nous avons donc pu découvrir ce Chromebook 15 sous toutes ses coutures. Il faut reconnaître que la première impression est agréable : on se retrouve devant un engin qui a l’air solide et bien fini et qui ne fait clairement pas honte dans un amphithéâtre d’université. Les lignes ne sont pas toutes gracieuses (on voit quelques erreurs notamment dans la finesse des bords), mais le tout n’est vraiment pas surfait, ni inélégant.

La frappe sur le clavier ressemble vraiment à celle qu’on pouvait retrouver sur les MacBook Air — c’est-à-dire les claviers un peu plus épais que ceux de dernière génération. On s’imagine très bien bosser dessus sans aucun problème. Seul le petit touchpad semble un poil en retrait, ne réagissant pas comme on aurait aimé qu’il réagisse — mais c’est peut-être une question d’habitude.

Dans les entrailles, on retrouve un écran 15 pouces défini en 1920×1080 pixels, propulsé par des processeurs (au choix selon les configurations) allant d’un Celeron dual-core à un Pentium N4200, jusqu’à 8 Go de RAM, 16, 32 ou 64 Go de stockage et une batterie capable de faire tourner l’engin une douzaine d’heures. Le tout, pour 1,8 kg.

Côté système, Chrome OS a énormément évolué et permet aujourd’hui une utilisation mobile, sans connexion à Internet, même si la plupart des outils prendront toute leur dimension en utilisant le cloud de Google et ses différentes possibilités. Sur le modèle que nous avons pu essayer, le système de Google s’est montré rapide comme l’éclair et vraiment adapté à tous les usages basiques en situation de productivité classique. Cela ne nous étonnerait pas que, si le grand public se met à avoir vent de ces solutions, elles pourraient devenir des solutions de bureautique avancée de référence face à des ordinateurs Windows 10 poussifs.

Il sera en effet disponible à partir d’octobre à partir de 499 €. Nous ne manquerons pas de vous proposer un test plus complet à ce moment-là pour confirmer ou infirmer ces bonnes premières impressions.

Partager sur les réseaux sociaux