Dans un rapport publié par une banque allemande, curieuse de connaître l'avenir des constructeurs automobiles nationaux sur le marché de la voiture électrique, Tesla apparaît comme le grand favori de la course en cours. Au point de pouvoir bénéficier d'une situation de « quasi-monopole » grâce à ses batteries et ses investissements.

Tesla est en pole position pour remporter la course sur le créneau de la voiture électrique, en plein développement chez les constructeurs automobiles du monde entier, selon l’étude menée par l’analyste Alexander Haissl pour la banque allemande Berenberg. Sa recherche vise notamment à projeter la place future des grandes marques allemandes (Volkswagen, BMW) dans le domaine des véhicules électriques.

Le constat est sévère, au point que l’entreprise d’Elon Musk bénéficiera selon lui d’une « occasion quasi-monopolistique de remporter des parts de marché et de surpasser l’industrie automobile en place ». L’analyste cite la « complaisance » des constructeurs automobiles traditionnels comme principale cause de leur retard.

Il fustige ainsi le manque de progrès des constructeurs traditionnels : « Malgré les annonces supplémentaires sur le développement de véhicules électriques pour une adoption massive du public, le manque d’avancée concrète et d’engagements stratégiques trahissent leur véritable conviction, sans avancée claire vers une production massive de véhicules avant le milieu des années 2020. »

32,7 milliards de dollars d’investissement sur 5 ans

Pour Alexander Haissl, les entreprises comme l’Américaine Ford manquent autant d’ambition que d’investissement. Elles payeront ainsi selon lui le prix de cette stratégie qui consiste plus à réduire les coûts qu’à miser massivement sur ces nouvelles voitures : « Pour donner une idée du contraste entre Tesla et les constructeurs les plus avancés, on estime que Tesla va investir 32,7 milliards de dollars sur les 5 prochaines années — à peine 40 % de plus que ce que Daimler [Mercedes] et Volkswagen vont consacrer, en cumulé, à leurs développement de véhicules électriques. »

Outre les investissements importants de Tesla, l’étude pointe son autre avantage majeur sur la concurrence : son avancée en matière de batteries, puissantes et fonctionnelles.  En avril 2017, Tesla avait d’ailleurs pour la première fois dépassé Ford en bourse. Sa Model 3 est attendue pour ce mois de juillet.

Pour Alexander Haissl, les marques les plus à la pointe dans la voiture électrique après Tesla sont Mercedes (bien aidé par Daimler, qui a annoncé la construction d’une immense usine de batteries lithium-ion) et Volkswagen, loin devant General Motors ou encore Ford.

Chaque entreprise possède selon lui un défaut principal : un manque de stratégie concurrentielle pour les batteries chez Mercedes, pas assez d’investissement dans ce domaine pour Volkswagen, une puissance limitée en la matière pour Renault malgré son avancée rapide dans l’électrique avec les modèles Zoe et Leaf…

Partager sur les réseaux sociaux