Waymo, la filiale de Google supervisant ses projets dans la voiture autonome, progresse rapidement. Elle est sur le point de franchir la barre des 5 millions de kilomètres parcourus par ses véhicules.

Ça roule pour la voiture autonome de Google. Littéralement. Mardi 9 mai, l’entreprise américaine a donné des nouvelles de Waymo, une filiale qui a été créée fin 2016 pour sortir le projet du laboratoire Google X et lui permettre d’être un projet à part entière dans la galaxie Alphabet, la holding qui s’occupe de gérer toutes les compagnies que Larry Page et Sergueï Brin ont lancées au fil des ans.

Ainsi, on apprend sur Twitter que Waymo a franchi la barre symbolique des 3 millions de miles (soit plus de 4,8 millions de kilomètres en convertissant cette distance dans le système international). La société fait surtout remarquer qu’il ne lui a fallu que sept mois pour atteindre ce palier par rapport au précédent seuil. L’accélération est spectaculaire depuis quelques années.

En 2009, Google démarrait ses recherches dans la conduite autonome. À l’époque, le groupe a beaucoup tâtonné : il lui faudra six ans et cinq mois pour passer la barre du million de miles. À partir de juin 2015, la compagnie a commencé à se hâter : un an et quatre mois après, elle franchissait le cap des deux millions de miles, en octobre 2016. Et on ne parle ici que de la distance parcourue sur route.

Dans un autre message, John Krafcik, le patron de Waymo (qui est accessoirement une pointure de l’industrie automobile, avec trente ans de métier, dont la moitié chez Ford et cinq ans à diriger la branche américaine de Hyundai) indique que la simulation automobile a permis à la conduite autonome made in Google d’accumuler de l’expérience sur des milliards de kilomètres. Oui, des milliards.

L’intensification des efforts de Google n’a rien d’étonnant. L’entreprise met de plus en plus de véhicules autonomes sur les routes (ce qui permet par exemple aux habitants de Phoenix de les tester). Fin 2016, il était annoncé le lancement de 100 voitures : puis il a été question fin avril de faire passer prochainement cette flotte à 500. Dans ces conditions, le cap des 4 millions de miles sera franchi encore plus rapidement.

En revanche, comme le pointe Re/Code, Waymo reste discret sur les statistiques que la filiale décrit comme des « désengagements », c’est-à-dire lorsque la personne se trouvant derrière le volant est obligée de reprendre le contrôle du véhicule pour une raison ou pour une autre. L’entreprise ne donne des données que pour la Californie, alors que des tests ont aussi lieu en Arizona et dans certaines zones de l’État de Washington.

Pour la seule année 2016, on sait que les voitures de Waymo ont parcouru 600 000 miles (965 600 kilomètres environ) et que les désengagements ont été au nombre de 124, soit à peu près un désengagement par tranche de 7 700 kilomètres.

Partager sur les réseaux sociaux