Waymo, l'entreprise d'Alphabet (Google) dédiée aux voitures autonomes, vient de lancer son premier test en conditions réelles. Il est en cours dans les rues de Phoenix, la capitale de l'Arizona. Waymo mise sur les retours des habitants pour améliorer cette technologie naissante.

Quelques mois après son lancement, la société Waymo — qui appartient à Alphabet, maison-mère de Google — s’apprête à franchir une étape cruciale dans la future mise en circulation de ses véhicules autonomes : les tests en conditions réelles. Et c’est la ville de Phoenix, capitale de l’Arizona, qui a été choisie par Waymo — à l’instar d’Uber — pour faire essayer cette technologie aux habitants qui le souhaitent, en s’inscrivant simplement sur le site.

Ce programme de test permettra d’obtenir un très attendu retour utilisateur sur les modèles de mini-bus Chrysler Pacifica, qui ont déjà parcouru quelques millions de kilomètres au sein de la compagnie. John Krafcik, directeur général de Waymo, explique ce besoin : « Nous avons réalisé près de 10 000 courses en interne, mais si vous offrez uniquement cette expérience à vos employés, vous ratez un large éventail de situations ».

Seuls les habitants du sud-est de Phoenix sont sélectionnés. Ils ne peuvent pas partir en vadrouille trop loin puisque les tests sont limités à une zone partagée entre quatre quartiers de la capitale de l’Arizona. Les heureux élus peuvent commander une voiture grâce à l’application, puis sont encouragés par Waymo à lui faire effectuer le maximum de trajets, pour récolter le plus d’informations possibles. Un chauffeur est systématiquement présent pour des raisons de sécurité comme pour recueillir directement les retours des passagers.

500 mini-bus bientôt en circulation

Le nombre de testeurs n’a pas été précisé par Google, mais devrait se compter en centaines, alors que le nombre de mini-bus Chrysler en test devrait passer de 100 à 500 unités dans les prochains jours. Ce test devrait permettre de s’assurer de la sécurité des voitures autonomes et peu connectées de Waymo, alors que son concurrent direct Uber s’était vu stoppé en plein élan par le Department of Motor Véhicles (DMV) lors de son essai à San Francisco pour non respect des règlementations. L’Arizona a justement été choisi afin d’éviter ces obstacles, l’État n’ayant pas encore légiféré sur la question de la conduite autonome.

Ses résultats de tests sont des plus attendus, comme ceux du lancement d’Harry ou encore ceux des voitures Baidu. Les attentes de Waymo autour de cette phase d’essai sont grandes, alors que la conduite autonome a pu soulever des inquiétudes avec l’accident remarqué d’un véhicule d’Uber, et que les deux compagnies sont en procès pour un vol supposé de technologie.

Tout autour du monde, les tests en conditions réelles des différentes technologies de voitures autonomes s’accélèrent, entre les États-Unis, la Chine ou le Royaume-Uni, lançant définitivement la dernière ligne droite de cette course à la mise en service.

Partager sur les réseaux sociaux