IBM a obtenu un brevet sur la voiture autonome. Le dispositif imaginé par la société vise à déterminer qui du conducteur ou de l'IA s'en sortirait le mieux en cas de pépin.

Si elles reçoivent régulièrement l’attention des médias depuis plusieurs années, force est de constater que les véhicules autonomes ne sont pas encore en mesure de se déplacer vraiment toutes seules. Dans le meilleur des cas, les modèles actuels offrent une autonomie conditionnelle : en clair, la gestion du parcours est partagée entre le conducteur et le système de bord en fonction de la situation.

À bord d’une Tesla par exemple, l’automobiliste active la conduite assistée et participe à certaines phases : il faut mettre le clignotant pour que la voiture entame le dépassement du véhicule situé à l’avant, par exemple. Par contre, le système de bord peut seul maintenir le cap, décélérer en cas de besoin et conserver une bonne distance de sécurité, grâce à une observation continue de l’environnement immédiat.

ibm
CC David Martyn Hunt

Dans les faits, le conducteur occupe un rôle encore central. Il doit garder les mains sur le volant et doit être en mesure de prendre la suite à tout moment si le système de bord lui demande de le faire. Mais l’automobiliste est-il à ce moment-là apte à reprendre le contrôle de la voiture ? Ou bien ferait-il vraiment mieux que le système de bord face à une situation donnée ?

C’est en ayant en tête cette problématique que la société américaine IBM a rédigé un brevet que le bureau américain en charge des titres de propriété industrielle et des marques de commerce a validé au mois de mars. Déposé le 25 septembre 2015, il décrit une méthode comparant automatiquement qui du système de bord ou du conducteur a la meilleure compétence face à une situation.

Lesystème comparer qui du conducteur ou du système embarqué est le mieux placé pour gérer l’anomalie

« Par exemple, si une voiture autonome fait face à une anomalie opérationnelle, comme un système de freinage défectueux, un phare brûlé, une visibilité insuffisante et / ou des conditions de circulation médiocres, le système peut comparer qui du conducteur humain ou du système de conduite embarqué est le mieux placé pour gérer l’anomalie », explique IBM.

Ainsi, si la comparaison détermine que le système de bord est en meilleure posture pour gérer l’anomalie, alors le véhicule est placé ou maintenu en conduite autonome, selon s’il l’était déjà ou non. Sinon, la direction de la voiture est confiée à celui ou celle qui est derrière le volant. Pour cela, le dispositif général imaginé par IBM s’appuie sur de l’apprentissage automatique (machine learning).

Sécurité routière

L’entreprise explique que ses chercheurs, des neuro-scientifiques en informatique, ont conçu « un modèle cognitif et une technique qui emploie des capteurs et de l’intelligence artificielle pour déterminer dynamiquement les potentiels problèmes de sécurité ainsi que pour contrôler si les véhicules sont dirigés de manière autonome ou par un être humain ».

Selon IBM, cette vérification face à un incident constitue « une mesure de sécurité qui peut contribuer à la prévention d’accident ». L’entreprise américaine ne conçoit pas de voitures autonomes mais l’on suppose sans peine qu’elle serait ravie d’accorder des licences aux constructeurs automobiles prêts à sortir leur porte-monnaie pour améliorer un peu plus le niveau de sécurité de ces automobiles d’un nouveau genre.

Les degrés d’autonomie d’une voiture.

Ces réflexions sur l’opportunité de confier le volant au conducteur ou au système de bord de la voiture autonome ne sont pas neuves. Des constructeurs comme Toyota et Audi sont déjà en train de plancher sur des dispositifs qui prennent en compte des événements inattendus, en cas de comportement anormal, de danger sur la route ou de pépin de santé du conducteur.

L’ère des voitures vraiment autonomes n’étant pas encore arrivée, un tel brevet pourra sans problème trouver sa place dans une circulation mélangeant des véhicules qui sont conduites normalement et des automobiles dont le contrôle est partagé entre une IA et un conducteur. Mais à plus long terme, lorsque le niveau de maîtrise de la conduite autonome sera irréprochable ou presque, l’idée d’IBM n’aura plus guère d’intérêt.

Voiture autonome, autopilote, assistance à la conduite : quelles différences ?

Partager sur les réseaux sociaux