Selon les calculs du gendarme des télécoms, le cap des 2 millions d'abonnements à la fibre optique a été franchi fin 2016.

Où en sont les abonnements à la fibre optique en France ? Ils viennent de franchir un cap très symbolique. En effet, selon l’observatoire des marchés des communications électroniques pour le quatrième trimestre 2016 établi par l’autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), ils ont enfin franchi la barre des 2 millions.

Selon l’Arcep, « la majorité de la croissance annuelle [Le nombre de souscriptions au très haut débit ] provient depuis le milieu de l’année 2016 des abonnements en fibre optique de bout en bout ». L’autorité note ainsi qu’il y a eu plus de 740 000 nouveaux abonnements en un an au dernier trimestre 2016 pour un total frôlant les 2,2 millions de souscriptions.

hauttreshautdebitfranceq4-2016

En cumulant l’ensemble des logements éligibles au très haut débit, sans tenir compte de la technologie employée (fibre optique jusqu’au domicile, VDSL2 ou bien réseau avec terminaison en câble coaxial), il y avait à la fin décembre 2016 5,4 millions de souscriptions au très haut débit. En France, l’Arcep considère que l’accès au très haut débit commence à partir de 30 Mbit/s.

« Depuis le début de l’année 2015, seuls les accès au très haut débit sont en augmentation au rythme de plus d’un million par an (+1,2 million en un an depuis le début de l’année 2016). La part des accès haut débit baisse ainsi de 4 points en un an au profit des accès à très haut débit », observe l’Arcep. C’est surtout la fibre optique qui fait office de locomotive, le VDSL2 ou en câble coaxial étant en retrait.

CC Alexandre Delbos

L’Arcep observe que le nombre d’accès internet à haut et très haut débit s’élève à 27,7 millions au 31 décembre 2016. Sur ce total, les abonnements à très haut débit représentent 20 % du total des abonnements internet sur réseaux fixes. Et dans ce sous-ensemble ,un peu plus de six sur dix sont d’un débit supérieur ou égal à 100 Mbit/s, soit 3,4 millions de logements.

Lors de son précédent observatoire, le gendarme des télécoms avait regretté la faible conversion des foyers au très haut débit, et plus précisément à la fibre optique, alors que de plus en plus de logements sont éligibles. « Le rythme des migrations vers la fibre optique jusqu’au domicile peine à décoller », avait ainsi relevé l’Arcep. À l’époque, elle avait compté 1,93 million d’abonnements basés sur la fibre optique.

Partager sur les réseaux sociaux