Le gendarme des télécoms publie son observatoire des communications électroniques pour le troisième trimestre. Il constate que les abonnements au très haut débit en fibre optique n'arrivent toujours pas à décoller.

« Le rythme des migrations vers la fibre optique jusqu’au domicile peine à décoller ». Tel est le constat qu’a fait jeudi le gendarme des télécoms au moment de la sortie de son observatoire des marchés des communications électroniques pour le troisième trimestre 2016. Les résultats, bien que provisoires, montrent que la progression des abonnements avec de la fibre reste très stable.

Il suffit de comparer les évolutions d’un trimestre à l’autre. En observant les chiffres donnés par l’autorité de régulation des communications électroniques et des postes depuis le troisième trimestre 2015 — c’est-à-dire depuis un an –, on voit qu’il n’y a pas de ruée vers les abonnements Internet à très haut débit en fibre optique de bout en bout. On se situe en gros entre 160 et 170 000 nouveaux abonnements

Haut et très haut débit en France au troisième trimestre 2016.
Haut et très haut débit en France au troisième trimestre 2016.

Au troisième trimestre, l’Arcep comptabilisait au total 1,930 million d’abonnements Internet à très haut débit en fibre optique de bout en bout. C’est à peu près 165 000 de plus qu’au deuxième trimestre et, par rapport à la même période il y a an, la hausse s’élève à 52 % (on avait alors compté 1,271 million d’abonnements en FTTH, c’est-à-dire en fibre optique jusque chez l’abonné).

Il y a en réalité bien plus de foyers qui pourraient basculer dans le très haut débit. L’Arcep signale en effet que les abonnements effectifs ne représentent que 28 % du nombre total des logements qui sont éligibles à la fibre optique. Mais encore faudrait-il que les clients puissent le savoir et, le cas échéant, expriment l’envie de modifier leur abonnement. Vu les chiffres, ça ne semble pas tout à fait être le cas…

Plus de 5 millions d’abonnements au très haut débit

Plus globalement, le gendarme des télécoms souligne que le nombre d’abonnements à très haut débit (en incluant, outre le FTTH, les réseaux avec terminaison en câble coaxial ou encore cuivre VDSL2) a dépassé la barre des 5 millions d’accès à la fin du troisième trimestre 2016. C’est une hausse de 290 000 par rapport au deuxième trimestre et une progression de 1,2 million sur un an.

« Le nombre d’abonnements à très haut débit représente désormais un tiers du nombre total de logements éligibles au très haut débit, en croissance de 6 points en un an », note l’Arcep. Autrement, sur trois personnes ayant potentiellement accès au très haut débit, un seuil qui se déclenche à partir de 30 Mbit/s, une seule est effectivement abonnée. Bref, il y a encore du travail.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés