Jusqu'à présent très discrète sur ses travaux en matière d'IA, l'entreprise américaine Apple adopte une nouvelle stratégie pour donner un peu plus de visibilité à ce qu'elle fait.

En matière de recherche sur l’intelligence artificielle, Apple ne faisait clairement pas partie des entreprises les plus actives, contrairement à des sociétés comme Google, Facebook, IBM, Microsoft ou Amazon. Les choses sont toutefois en train de changer : d’ici peu, la firme de Cupertino commencera à publier ses propres travaux en matière d’apprentissage profond (deep learning).

Au cours d’une conférence donnée à Barcelone en début de semaine, le directeur de la recherche en intelligence artificielle chez Apple, Ruslan Salakhutdinov, a confirmé que la société américaine sera plus active : il y aura des publications mais aussi davantage de contacts avec le monde universitaire. C’est un passage qu’il lui faut emprunter si Apple tient à accroître son savoir-faire.

Visibilité et attractivité

L’ouverture à la publication universitaire est en effet indispensable pour faire appel à des talents. Le fait de travailler dans un environnement fermé et secret ne constitue pas, il est vrai, le meilleur argument pour attirer des spécialistes en IA, qui aimeraient au contraire partager leurs travaux et discuter avec leurs pairs. Mais l’entrave qui était jusqu’à présent observée appartient désormais au passé.

C’est en outre un bon moyen de faire parler de soi. En la matière, Facebook et Google ont pris l’habitude de communiquer régulièrement sur leurs avancées en matière d’IA, ce qui leur permet d’avoir une bonne couverture médiatique. Le cas le plus évident est bien sûr celui de Google : avec sa filiale DeepMind, il a bénéficié d’un large traitement lorsque son IA, AlphaGo, s’est imposé au jeu de go contre un champion humain.

apple-store
CC Varshesh Joshi

Pour autant, il n’est pas question que cette ouverture ou ce bond en direction de l’IA se fasse au détriment de ses intérêts. Alors que les principaux géants du net engagés dans ce terrain ont lancé un partenariat sur l’IA, Apple a choisi pour l’instant de faire bande à part, et cela même si officiellement, le projet de ce partenariat est réfléchir aux problématiques éthiques soulevées par l’IA.

2016 a marqué un tournant chez Apple. Le groupe a commencé à investir sérieusement dans ce domaine, avec par exemple une acquisition à 200 millions de dollars pour mettre la main sur une startup  spécialisée dans le machine learning, c’est-à-dire l’apprentissage automatique. Il a aussi recruté Ruslan Salakhutdinov, professeur associé en apprentissage automatique à l’université Carnegie-Mellon.

À lire sur Numerama : IA  : Pourquoi Apple ne se joint pas au lobby de Facebook, Microsoft et Google

Partager sur les réseaux sociaux