Parrot a officiellement lancé Disco, la première aile volante pour le grand public, accompagnée d'un casque de vidéo immersive. Le constructeur promet des vidéos Full HD, une grande maniabilité et un mode en vue subjective.

La forme est élégante et fait penser à celle d’un oiseau. Et à en croire la vidéo de présentation, l’objet a l’air super fun à piloter. Il s’agit de Disco, la toute première aile volante pour le grand public, que Parrot vient officiellement de lancer. Le drone sera commercialisé à partir de septembre pour un prix de 1 299 euros.

Ce prix élevé s’explique notamment par le fait que l’entreprise française a voulu voir les choses en grand et fournir un produit complet, haut de gamme.

téléchargement

L’objet mesure 1,15 mètres de long pour une largeur de 58 centimètres et une épaisseur de 12 centimètres, et peut atteindre une vitesse maximale de 80 km/h. Il est doté d’une batterie de 2 700 mAh — avec une autonomie de 45 minutes de vol — d’une caméra frontale grand angle Full HD 1080p avec stabilisateur et de 32 Go d’espace de stockage.

Parrot promet une maniabilité très poussée, facile à prendre en main, pour un appareil conçu « pour voler comme un avion ». « Enchaînez les lignes droites et les courbes, prenez le temps de planer pour admirer la vue puis accélérez, piquez vers le sol et remontez », enjoint l’entreprise.

Fais comme l’oiseau…

L’un des arguments principaux mis en avant par Parrot est le mode de conduite FPV (First Personal View). En effet, le Disco est vendu avec les Cockpitglasses, un casque qui permet de voir en direct ce que film l’appareil, en vision subjective, pour une expérience plus immersive.  Les Cockpitglasses sont compatibles avec les smartphones entre 4,7 et 5,7 pouces.

Le drone est commandé depuis une manette — également fournie dans le pack livré —  semblable à celle d’une console de jeux vidéo. Le Disco est équipé d’une connexion Wi-Fi et dispose d’une portée de 2 kilomètres, difficilement compatible avec la législation française sur les drones. Il faut en effet rappeler qu’en France, il est interdit de piloter un tel appareil s’il n’est pas dans le champ de vision du pilote. S’il est piloté à travers la caméra, l’engin doit rester dans un rayon de 200 mètres seulement, et une deuxième personne doit garder l’appareil en vue.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos