Lors de la Build 2016, Microsoft a présenté le Captionbot, une IA qui peux analyser des photos et en faire une description en langage naturel.

Pour montrer ses progrès en matière d’apprentissage automatique et d’intelligence artificielle, Microsoft a présenté Captionbot.ai lors de la Build 2016, sa conférence annuelle à destination des développeurs.

Captionbot est avant tout une démonstration des possibilités offertes par les API des Microsoft Cognitive Services, le nouveau nom du Projet Oxford qui nous avait par exemple amené un service capable de deviner l’âge d’une personne ou de se réveiller de manière extrêmement frustrante. Avec ses API, l’entreprise espère « donner aux applications, un côté humain ».

Capture d’écran 2016-04-01 à 19.30.11

Captionbot utilise en l’occurrence la Computer Vision API, l’Emotion API et la Bing Image API, pour analyser une photographie et découvrir ce qu’elle contient. Mais là où le bot est vraiment impressionnant, c’est qu’il arrive à fournir une description plutôt précise en langage naturel. Sur le site, le bot explique qu’il «  peut comprendre le contenu de n’importe quelle image et essayer de la décrire aussi bien que n’importe quel humain ».

L’automate de Microsoft est encore en apprentissage, il gardera donc vos photos pour amplifier ses connaissances et vous demandera après essai de noter la fidélité de sa description. L’intelligence artificielle est capable de retrouver le genre d’une personne, de repérer les célébrités ou d’analyser les expressions faciales pour connaître les émotions des personnes présentes.

En améliorant ses API d’intelligence artificielle, Microsoft espère développer des bots capables de voir le monde, de penser et de réfléchir comme des hommes. Et la route sera longue et semée d’embûches, mais à terme, les balbutiements des bots — comme le polémique Tay — permettront de faire avancer l’état des connaissances humaines en matière d’intelligence artificielle et d’éthique de la machine, et peut-être d’éviter la concrétisation des scénarios les plus pessimistes.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés