YouTube Connect devrait être la future réponse de Google pour la vidéo en direct, et le futur rival de Periscope et de Facebook, qui occupent déjà ce créneau.

Google n’ignore pas la tendance émergente que constitue la diffusion en direct d’un flux vidéo. Entre Periscope, qui est une application pour smartphone qui permet à chacun de retransmettre en direct ce qu’il voit, et Facebook, qui en a fait sa grande priorité, la mode est à la retransmission live.

Pour une société qui possède YouTube, c’est-à-dire la principale plateforme d’hébergement de vidéos sur le web, il est évidemment difficile de passer à côté du phénomène. Et surtout de ne pas réagir. Car en effet, les vidéos qui apparaissent sur Periscope ou Facebook sont autant de contenus qui ne se trouvent pas sur son site.

Or justement, la situation pourrait bien être amenée à évoluer dans un avenir proche. Selon VentureBeat, la firme de Mountain View serait en train de concevoir une application dédiée, YouTube Connect, spécialement dédiée à la vidéo en direct.  Bien entendu, les séquences seraient envoyées à travers le réseau de YouTube.

Sur le papier, YouTube Connect ne sera pas radicalement différent de Facebook Live ou de Periscope. Hormis le fait qu’il faudra visiblement se connecter à son compte Google ou YouTube pour commencer la retransmission, via le WiFi ou un accès 3G/4G, les réglages généraux de l’application seront sans doute très classiques.

Il est notamment question d’un module de discussion ainsi que d’un outil pour associer des mots-clés (et des personnes ?) à la vidéo. Un flux d’activité basé sur les abonnements en cours sur YouTube (et sans doute YouTube Connect) est aussi mentionné.

Reste à savoir quand, et non pas si, YouTube Connect verra le jour.

Car il paraît improbable de voir YouTube manquer le coche de la retransmission en direct. « D’une manière générale, nous pensons à YouTube comme étant le synonyme de vidéo… le direct a toujours été une partie de la vidéo, et il s’agit en fait d’une partie très enthousiasmante », confiait l’an passé Manuel Bronstein, l’un des responsables du service dans une interview accordée l’année dernière à Wired.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés