Sur le chemin du partage d'expériences en direct grâce à la réalité virtuelle, la vidéo live est devenue une priorité pour les équipes techniques de Facebook. Et une obsession de Zuckerberg.

Quand on pense à Facebook, on pense à Zuckerberg, à réseau social, aux anciens amis qu’on aurait aimé ne jamais retrouver mais qui nous ont ajouté quand même ou à la vie géniale de tous ces gens qui ont l’air d’être tout le temps en voyage. On peut aussi penser dévoilement complet et consenti de la vie privée, données revendues et emprise du virtuel dans nos vies bien réelles. Mais penserait-on à de la vidéo en direct, communément appelée live ? Pas le moins du monde — et Mark Zuckerberg souhaiterait que cela change.

Le CEO de Facebook aurait confirmé à ses équipes à plusieurs reprises sa volonté de mettre toute l’énergie du réseau social sur les fonctionnalités de diffusion d’un flux vidéo en live. Il a d’autre part affirmé lors d’une conférence à Berlin qui se tenait vendredi dernier, que c’était une des choses « qui l’excitaient le plus ». La fonctionnalité Live était disponible sur l’application Facebook pour iPhone aux États-Unis et commence à se répandre dans le monde entier et sur tous les appareils, smartphones Android y compris (notez qu’aucun de nos smartphones à la rédaction ne possède la fonctionnalité sur l’application, iOS ou Android).

LiveForVerifiedPagesTeaser

Et le Live a un sens tout particulier pour Facebook, pour deux raisons. La première, c’est Periscope. Certes, Twitter est souvent à la traîne derrière le géant bleu foncé, mais sur le live, le réseau social en 140 signes a proposé une application fort bien conçue que nous avons utilisé plusieurs fois avec plaisir lors de notre couverture du Mobile World Congress. Drôle, ergonomique et efficace, Periscope est de plus en plus utilisé aux États-Unis et préfigure une sort de journalisme vidéo du futur où tout le monde peut être un rapporteur d’images. Avec la qualité toujours plus grande des objectifs des smartphones, miser là-dessus est judicieux de la part de Twitter qui est devenu un outil journalistique fort utilisé, notamment pour les live.

C’est donc assez naturel que Facebook souhaite proposer une fonctionnalité rivale sur son réseau social et Zuckerberg a fait les choses plutôt bien en intégrant directement le Live dans les options de statut. Pas d’application tierce à télécharger, tout est déjà dans Facebook. Mais croire que Facebook est attiré par la vidéo en direct uniquement pour occuper un segment serait mal connaître le réseau social et surtout, les lubies actuelles de son jeune fondateur.

En effet, la vidéo en direct, c’est un premier pas vers la téléportation. Pas celle des récits de science-fiction ou celle que la physique pourrait permettre un jour, non, celle imaginée par Zuckerberg : permettre aux gens, via un réseau social et des outils de communication modernes, de faire comme s’ils étaient proches. Et cela passe, comme vous l’aurez deviné, par la réalité virtuelle. Ce n’est pas pour rien que le propriétaire d’Oculus a fait un discours lors de la conférence de Samsung à Barcelone alors que le géant Coréen dévoilait ses plans sur la réalité virtuelle, notamment via la nouvelle version du Gear VR et la petite caméra Gear 360.

periscope

Quand nous avons interrogé les responsables de Samsung sur la possibilité de diffuser du contenu en direct et à distance depuis la Gear 360 jusqu’à un casque de réalité virtuelle, on nous a répondu que ce n’était pas encore possible mais que cela le serait. Et on imagine bien, dès lors, le défi technique pour diffuser en live une vidéo à 360 degrés en très haute qualité via Internet. Un géant comme le groupe France Télévisions a tenté l’expérience lors du dernier Rolland Garros, mais pas tout le monde se ballade avec un modem relié à de la fibre optique et des serveurs suffisamment puissant pour diffuser un flux vidéo de bonne qualité.

C’est pourtant tout le challenge pour Facebook et Oculus : faire en sorte que quiconque avec une connexion décente et du matériel pas trop coûteux puisse partager une expérience en direct et en immersion à un ou des correspondants étrangers. Il manquera bien sûr les sensations, mais quand on sera arrivé à cela, on pourra dire qu’un pas aura été franchi. En attendant la véritable téléportation… mais cela ne semble pas être pour tout de suite.

 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés