Apple va inclure avec iOS 9.3 une option permettant de régler l'émission de lumière bleue afin d'améliorer le bien-être des usagers. Une fonctionnalité que proposait déjà l'application f.lux, mais qui a été retirée à la demande de la firme américaine.

Vous possédez un iPhone ou un iPad et êtes de ceux qui aimez l’utiliser quelques minutes avant d’aller au lit ? Alors la prochaine mise à jour du système d’exploitation iOS devrait vous plaire. Présentée sur le site officiel d’Apple, elle inclut en effet un tout nouveau mode d’affichage qui ajuste l’émission de lumière bleue.

« De nombreuses études ont montré que l’exposition à une lumière bleue brillante le soir peut affecter votre rythme circadien et rendre plus difficile l’endormissement », note l’entreprise américaine dans le descriptif de sa fonctionnalité, baptisée Night Shift. D’où l’idée de limiter l’émission de cette lumière en fin de journée.

Night Shift doit filtrer l’émission de lumière bleue et améliorer ainsi votre sommeil.

Comment ?

« Night Shift utilise l’heure de votre appareil iOS et la géolocalisation pour savoir quand est le coucher du soleil là où vous êtes. Ensuite, il bascule automatiquement les couleurs de votre affichage vers l’extrémité chaude du spectre, soulageant ainsi vos yeux. Le matin, l’affichage retrouve ses réglages habituels », précise Apple.

Réglage luminosité iOS 9.2
Réglage luminosité iOS.

À l’heure actuelle, le réglage de la luminosité sur iOS ne permet que de l’augmenter ou la diminuer à l’aide d’une jauge horizontale. Cela peut être fait manuellement ou de façon automatique, en cochant l’option adéquate dans les paramètres d’affichage.

Le problème de l’émission de la lumière bleue va en fait plus loin que le trouble du sommeil. Les travaux scientifiques actuels montrent que l’exposition prolongée et régulière peut nuire au bien-être, en affectant l’humeur par exemple, voire dégrader la santé de l’usager, en favorisant l’émergence de certaines maladies de l’œil.

C’est pour cette raison que l’on voit des terminaux proposer des filtres. Par exemple, le mobile ZenFone 2 d’Asus propose dans son interface utilisateur (ZenUI) un filtre, nommé Splendid, qui filtre la lumière bleue. Certaines applications proposent aussi de la retenir, à l’image de Google Play Livres et sa mise à jour Night Light.

Sur iOS, il existait aussi une application de ce type. Baptisée f.lux, elle était appréciée des utilisateurs. Mais elle a été retirée à la demande d’Apple parce qu’elle enfreignait les conditions d’utilisation fixées par la firme de Cupertino et qu’elle ne respectait pas non plus la règle demandant l’accès complet au code source.

Le retrait de f.lux

Comme le relevait iGénération en novembre, en s’appuyant sur des conversations ayant eu lieu sur Reddit, « f.lux n’a pas distribué le code source de son application iOS. Le projet Xcode que l’on pouvait télécharger contenait quelques ressources graphiques, mais le moteur de l’application, le code essentiel qui permet de changer la couleur de l’écran, était déjà compilé ».

Or, il s’avère que le droit de charger des applications sans passer par l’App Store ne se fait qu’à la condition d’un accès complet au code source. Or en procédant ainsi, f.lux a laissé grande ouverte la porte à un risque de dérive. Ce serait donc pour cette raison, légitime du point de vue d’Apple, qu’une demande de retrait de f.lux a été envoyée aux concepteurs, qui ont choisi d’obtempérer sans tarder.

Cette affaire a-t-elle incité Apple à concevoir sa propre application filtrant la lumière bleue ? Il est vrai que la relative proximité des deux évènements peut laisser à penser que la firme, en dégageant une application populaire, même pour des motifs légitimes, a lancé dans la foulée le développement de sa propre solution en piquant l’idée de f.lux. Mais rien ne permet d’étayer cette hypothèse avec certitude.

Flux
L’application f.lux

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés