L'application f.lux, qui permet de modifier la colorimétrie et la luminosité de l'écran de l'iPhone, a été retirée suite à la demande d'Apple, qui estime que les règles imposées aux développeurs ont été enfreintes.

L’application f.lux pour iPhone n’aura pas vécu bien longtemps. À peine 24 heures après sa mise à disposition pour le grand public, les développeurs du projet ont annoncé le retrait de leur logiciel. La raison ? Apple leur a adressé une requête réclamant sa suppression. Aux yeux de la firme de Cupertino, f.lux enfreint l’accord que doivent accepter les développeurs s’ils veulent porter leur programme sur iOS.

Une appli pour lutter contre la fatigue visuelle.

Sur le papier, f.lux paraît pourtant tout à fait inoffensif.

Il s’agit d’un utilitaire qui donne à l’usager la possibilité d’adapter la colorimétrie de l’écran afin de réduire la fatigue visuelle causée par la couleur bleue. L’utilisateur peut notamment augmenter ou diminuer la luminosité, et définir des règles selon les moments de la journée. Par exemple, il peut indiquer à quelle heure il se lève d’habitude et paramétrer l’écran en conséquence.

Sur leur site web, les auteurs expliquent que l’idée de f.lux est née à la suite de travaux scientifiques montrant que l’utilisation d’un écran avant de s’endormir est néfaste pour le sommeil — en partie à cause de la diffusion d’une lumière bleue. Or, il s’avère que la qualité des sommes peut favoriser certains soucis de santé, comme l’obésité, le diabète, les accidents, le cancer et les troubles de l’humeur.

Flux
L’application

Mais pour Apple, le problème n’est pas dans la nature de l’application mais plutôt dans la manière dont elle a été conçue. En effet, c’est parce que f.lux utilise des interfaces de programmation applicative (API) non documentées que l’entreprise est intervenue. C’est d’ailleurs à cause de cela que f.lux ne peut pas être proposé sur l’App Store (l’application était uniquement fournie sur le site web des développeurs).

« f.lux ne peut pas fournir une application iOS utilisant les API documentées, parce que les API que nous utilisons ne sont pas là. Au cours des cinq dernières années, nous avons eu des tas de conversations avec Apple à propos de notre produit et sur ce qui serait nécessaire pour le faire fonctionner avec iOS », écrivent-ils.

Les deux responsables du projet n’ont pas cherché le bras de fer avec Apple. Ils ont donc obtempéré, malgré le succès manifeste de leur application au cours de sa brève apparition sur le site (176 000 visites en 24 heures).

En revanche, tout en louant la qualité des produits commercialisés par la firme de Cupertino, ils demandent à Apple de reconsidérer sans tarder sa position et de fournir davantage de documentation afin que des applications comme la leur puissent voir le jour sur l’App Store. Et d’appeler au passage les utilisateurs à prendre contact avec le groupe américain pour l’inciter à changer d’approche.

Des discussions avec Apple qui n’ont pas abouti.

Crédit photo de la une : Kaboom

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés