Deux ans après avoir dévoilé son projet de livraison par drone, Amazon dévoile un nouveau prototype à mi-chemin entre un hélicoptère et un avion.

Début décembre 2013, Amazon dévoilait PrimeAir, un concept de livraison par drone en 30 minutes. Le prototype qui était alors présenté par le site de e-commerce était doté de huit hélices. Capable de transporter des colis de quelques kilos, il pouvait parcourir plusieurs kilomètres, atterrir verticalement dans un jardin pour y déposer sa livraison et repartir tout de suite après afin de regagner sa base opérationnelle.

Deux ans plus tard, le projet imaginé par l’entreprise de Jeff Bezos a bien évolué. En effet, le groupe vient de dévoiler ce week-end un nouveau modèle de drone nettement plus grand. Toujours équipé de huit hélices (ce qui fait de lui un « octocoptère »), il diffère toutefois de la génération précédente par son aspect : si le premier appareil avait clairement un look d’hélicoptère, le second est vraiment à mi-chemin entre l’hélicoptère et l’avion.

Ce choix de design n’a pas été fait par hasard. Dans la vidéo de présentation, il est expliqué que cela donne au drone une portée et une vitesse accrues. Il peut ainsi parcourir près de 24 kilomètres et accélérer jusqu’à 93 km/h. Il peut en outre s’élever à une altitude de vol de 120 mètres. Il ne s’agit pas des performances maximales du drone : ce sont uniquement les informations de vol qui sont données dans la vidéo.

Un appareil à mi-chemin entre l’hélicoptère et l’avion.

Lors des phases de décollage et d’atterrissage, le drone se sert de ses hélices ventrales pour atteindre l’altitude souhaitée. Une fois en hauteur, elles servent à stabiliser l’appareil tandis que l’hélice principale se met alors en marche pour lui donner de la vitesse. C’est un aspect-clé dans la stratégie du site de e-commerce s’il veut tenir sa promesse d’une livraison 30 minutes après l’expédition de la commande.

Selon Amazon, le drone est aussi équipé de capteurs afin d’éviter les obstacles au sol — il ne s’agirait pas de le faire atterrir sur une balançoire, un enfant ou quoi que ce soit qui peut se trouver dans un jardin — mais aussi dans le ciel. Dans l’exemple de la vidéo, c’est une montgolfière qui est présentée comme un danger potentiel, mais l’on pourrait imaginer aussi des oiseaux, des drones, des cerfs-volants ou des amateurs de sport aérien.

Visiblement plus lourd que le premier modèle, ce nouveau prototype est a priori capable de transporter des charges plus conséquentes. Il suffit d’ailleurs de constater l’envergure de l’appareil par rapport à la boîte à chaussures qu’il doit transporter ou de la comparer avec la génération précédente, beaucoup plus ramassée sur elle-même. Ce n’est pas le genre de drone que l’on croise tous les jours dans le commerce.

Ce nouveau modèle de drone de livraison est-il celui qui peuplera dans quelques années le ciel des grands centres urbains, lorsque ce type de service sera autorisé par les législations ? Cela reste à voir : bien qu’il paraît manifestement plus abouti que la première génération de drone, ce nouveau modèle est encore au stade du prototype. Qui sait ce que présentera Amazon dans un an ou deux.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos