Le prochain rover de la Nasa qui roulera sur Mars sera équipé de 23 instruments scientifiques, afin de ne rien rater de son environnement immédiat sur la planète rouge.

2020 sera une année passionnante pour l’exploration martienne grâce aux deux missions — l’une russo-européenne, l’autre américaine — qui auront lieu : la première,  ExoMars 2020, vise à déployer un véhicule pour explorer le sous-sol de la planète rouge. Quant à la seconde, Mars 2020, elle fera sensiblement la même chose, avec, en plus, une mission de retour d’échantillons sur Terre.

Alors que quelques années seulement nous séparent du jour J, les agences spatiales qui pilotent ces deux projets, l’Esa et Roscosmos pour le premier et la Nasa pour le second, tendent à accentuer leur communication afin de présenter les objectifs de leur mission mais aussi les technologies qui vont être mobilisées pour transporter les rovers et explorer les environs de Mars.

Surface de Mars
CC Stuart Rankin

Fin octobre, c’est l’agence spatiale américaine qui a pris le temps de détailler l’engin qui roulera sur la planète rouge. Car le rover de la Nasa pourra compter sur de nombreux instruments pour visualiser et analyser son environnement immédiat. Il est en effet question de 23 capteurs, caméras et radars, chacun d’entre eux jouant un rôle bien précis, pour la navigation, l’étude scientifique ou l’inspection du rover.

« La mission Mars 2020 de la Nasa aura plus d’yeux que n’importe quel rover avant elle : elle en aura 23, pour créer de larges panoramas, révéler les obstacles, étudier l’atmosphère et aider les instruments scientifiques », explique le Jet Propulsion Laboratory. nom de la coentreprise entre la Nasa et l’institut de technologie de Californie, qui présente à cette occasion certains des « yeux » du rover.

« Ils offriront des vues spectaculaires lors de la descente du rover vers Mars et seront les premiers à capturer des images d’un parachute s’ouvrant sur une autre planète. Il y aura même une caméra à l’intérieur du corps du rover, qui étudiera les échantillons au fur et à mesure qu’ils seront entreposés et laissés à la surface pour être recueillis par une mission future », ajoute le JPL.

La mission Mars 2020 de la Nasa aura plus d’yeux que n’importe quel rover

En comparaison, Mars Pathfinder ne disposait que de trois caméras et de quelques instruments. Les rovers suivants, comme Spirit et Opportunity, ont chacun été dotés de dix caméras, en y incluant celles de leur atterrisseur, tandis que Curiosity en compte dix-sept. Et, bien entendu, les technologies embarquées dans Mars 2020 sont bien plus précises et performantes que ce qui était utilisé à l’époque.

Le JPL a présenté quelques-uns des instruments scientifiques qui seront mis à contribution dans Mars 2020, comme CacheCam, une caméra qui observera les échantillons placés dans le corps du rover, SkyCam, une suite d’instruments météorologiques afin d’observer le ciel, les nuages et l’atmosphère, ou encore les six caméras qui serviront à filmer l’entrée de l’atterrisseur, sa descente et son atterrissage.

Crédits : NASA/JPL-Caltech

L’Europe contribue

Sans entrer dans le détail de chaque pièce, il faut noter que le rover embarquera trois composants construits en Europe : l’antenne Rimfax (Norvège), les capteurs météo Meda (Espagne) et SuperCam (France). Ce dernier est un ensemble comportant une caméra, un laser et des spectromètres. Ce dispositif de pointe a été conçu entre le CNRS, le CNES et des universités.

SuperCam aura pour rôle d’analyser la composition chimique et la géologie des roches. En tout, il étudiera entre deux à trois douzaines d’échantillons du sol martien qui auront été préalablement retenus avant de les ramener sur Terre pour des examens plus poussés. Il est aussi indiqué que SuperCam pourra repérer des molécules organiques, qui seraient alors un indice fort d’une éventuelle trace de vie passée.

Partager sur les réseaux sociaux