Un orang-outan femelle peut-il trouver son futur partenaire depuis une simple photo sur tablette tactile ? L'expérience menée du zoo d'Apenheul, aux Pays-Bas, doit permettre d'en savoir plus sur les pratiques du primate et faciliter sa reproduction.

L’homme et le singe partagent des ancêtres communs, mais ont-ils aussi le même attrait pour les plateformes de rencontre ? L’expérience menée dans le zoo d’Apenheul, aux Pays-bas, devrait répondre à cette question… que personne ne s’était jamais vraiment posée.

Le programme de « Tinder pour orangs-outans » lancé par l’établissement consiste à doter Samboja, une femelle de 11 ans, d’une tablette tactile où sont affichées les photos de différents mâles qu’elle n’a jamais rencontré, tous issus d’un programme de reproduction internationale entre primates. En étudiant au plus près la façon dont cette orang-outan procède pour choisir son partenaire, l’équipe veut savoir si la seule apparence peut suffire à éveiller une attractivité chez cet animal qui recourt essentiellement à l’odorat dans ce processus naturel.

L’initiative, malgré sa dimension insolite, pourrait s’avérer importante pour les orangs-outans, dont la présence en milieu naturel pourrait cesser au cours des prochaines décennies selon WWF. Les premiers tests de tablettes réalisés avec des bonobos ont montré que ceux-ci manifestaient un intérêt plus important pour les photos représentant leurs semblables en pleine reproduction ou tentative de séduction.

Faciliter la première rencontre

Le zoo espère aussi faciliter la bonne entente entre Samboja et son prétendant, qui pourrait venir d’aussi loin que Singapour, comme l’explique Thomas Bionda, le biologiste chargé de l’étude de comportement : « Il arrive souvent que les animaux retournent dans leur zoo d’origine sans s’être reproduits. Les choses ne se passent pas toujours bien à la première rencontre entre un mâle et une femelle. »

L’expérience, d’une durée de 4 ans, s’inscrit plus largement dans le cadre d’un programme qui étudie le rôle joué par les émotions dans les relations animales.

Le zoo doit encore créer une tablette assez résistante pour lancer l’expérience

Le zoo débutera l’expérience une fois qu’il aura réussi à créer une tablette tactile suffisamment solide pour résister à la force de Samboja. Elle pensait avoir trouvé la solution avec un encadrement en acier, testée il y a deux semaines, jusqu’à ce que Sandy, la mère de Samboja, s’en empare et la détruise.

À lire sur Numerama : La BBC recourt à des robots-crocodiles camouflés pour étudier les reptiles

Partager sur les réseaux sociaux