Le système d'intelligence artificielle Watson conçu par IBM s'est fait remarquer au Japon en détectant une forme rare d'une leucémie qui avait échappé aux médecins.

L’intelligence artificielle (IA) sera-t-elle en mesure de remplacer un jour votre docteur pour établir elle-même un diagnostic avant de vous conseiller le meilleur traitement à suivre selon votre état de santé ? C’est la question fondamentale qui se pose de plus en plus à l’heure où les progrès techniques ouvrent des perspectives nouvelles dans le domaine médical.

Car l’IA apparaît déjà comme un assistant très pratique pour les spécialistes.

Pour prendre l’exemple de Google, DeepMind, sa jeune filiale dédiée à l’apprentissage automatique, gère un projet de recherche consistant à repérer beaucoup plus tôt les maladies oculaires, grâce à l’ingestion préalable de millions de tomographies en cohérence optique — des images scannées de l’intérieur de la rétine — afin de savoir les reconnaître et alerter les médecins d’éventuels symptômes.

ibm_watson.jpg

Dans le même genre d’idée, il y a IBM. La société américaine mobilise son savoir-faire pour assister les médecins, via la signature d’un partenariat avec Apple pour traiter les données de santé collectées par HealthKit et ResearchKit ou le rapprochement avec la plateforme TalkSpace afin d’aider les psychiatres à mieux cerner les difficultés de leurs patients afin de prescrire des remèdes adaptés.

De façon générale, IBM met d’importants moyens pour soutenir ses plans : il a mis sur la table un milliard de dollars en 2015 pour acquérir une firme spécialisée dans l’imagerie médicale, investi dans la société Pathway Genomics pour fournir des conseils en fonction de l’ADN des sujets, acquis de Phytel, une société qui fournit des logiciels de gestion médicale pour les personnels de santé, et croqué Explorys, un groupe dédié à l’analyse de données dans le cloud.

C’est dans ce contexte qu’il faut lire l’actualité indiquant que le système d’intelligence artificielle d’IBM, Watson, a diagnostiqué avec succès une forme rare de leucémie — la leucémie aiguë myéloblastique — chez une patiente japonaise âgée de 60 ans. C’est l’université de Tokyo, au sein de son institut médical, qui s’est servie de Watson pour repérer ce cancer qui avait jusqu’ici échappé aux méthodes traditionnelles de détection.

IBM mise sur son intelligence artificielle Watson pour se relancer.
IBM mise sur son intelligence artificielle Watson pour se relancer.

Selon Wikipédia, il s’agit d’un cancer de la lignée myéloïde des leucocytes qui se caractérise par un envahissement médullaire de cellules immatures dû à un blocage de maturation des globules blancs dans la moelle osseuse. Ce phénomène va être responsable d’une insuffisance médullaire par écrasement des lignées normales et d’un syndrome tumoral.

Le site NDTV rapporte que Watson s’est basé sur 20 millions d’études cliniques d’oncologie — une tâche qui serait impossible à accomplir pour des médecins — pour analyser le cas de cette patiente, permettant ensuite aux médecins de lui prescrire les bons médicaments et ainsi lui donner les moyens de mieux combattre la propagation de la maladie. Le résultat est en tout cas encourageant pour l’avenir de la médecine.

Dans un futur plus ou moins proche, la « coopération » entre les professionnels de santé et des systèmes d’intelligence artificielle devrait aller en s’accroissant. Il n’est pour l’instant pas question de remplacer les premiers par les seconds, mais plutôt que les spécialistes profitent des capacités bien particulières des machines pour gagner du temps sur la pose d’un diagnostic, et en en vérifiant le résultat.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés