Facebook n'aime pas être en retard. Sur la production de contenu vidéo pourtant, le réseau social est à la traîne derrière Google, Amazon ou encore Netflix. Cela pourrait changer dès le mois de juin.

Cela fait des années que Facebook reste dans l’ambiguïté quant à son statut au regard de la loi : le réseau social est-il une plateforme ? Est-il responsable des publications sur son réseau sociaux ? Est-ce un producteur de contenu ? À la dernière question, l’entreprise de Mark Zuckerberg a toujours répondu par la négative. Cela pourrait changer avec Facebook TV, la solution maison de création de contenu vidéo qui placerait le réseau social en concurrence directe avec les grands networks américains et les services comme Netflix ou Amazon Video.

Nos confrères de Business Insider ont recueilli plusieurs informations sur le lancement de cette nouvelle aventure de Facebook. D’après eux, il s’agirait d’un investissement plutôt massif, puisqu’on parle de 24 séries disponibles pour le lancement, allant des formats très web (10 minutes), à la Blackpills à des formats plus conventionnels qui feront penser aux séries classiques. Plusieurs de ces shows sont déjà en production et d’après le média, l’un d’eux devrait être un show de rencontres amoureuses en réalité virtuelle, produit par Condé Nast. Le concept serait de faire se rencontrer des gens en réalité virtuelle avant une rencontre dans la vraie vie.

house-of-cards-kevin-spacey
House of Cards, grand succès de Netflix

Côté séries de plus grande envergure, il se murmure que Facebook a House of Cards en tête : la série de Netflix est « souvent citée comme mètre étalon  » pour évoquer les ambitions du réseau social. Pour cela, Business Insider affirme que Facebook a réussi à décrocher des contrats avec des célébrités d’Hollywood de premier plan pour donner de la crédibilité à ces productions.

Avec 2 milliards de personnes qui se connectent par jour sur sa plateforme, Facebook possède un canal privilégié pour diffuser du contenu. Jusque-là, il avait été laissé à ses utilisateurs le soin de le réaliser — qu’ils s’agissent de particuliers, de maisons de production ou de médias. Cette incursion, quand elle aboutira (on évoque la date de juin 2017), pourrait en froisser plus d’un qui y verraient là une concurrence déloyale. En effet, comment Facebook pourrait-il diffuser ses contenus si ce n’est dans un espace privilégié et à la vue de tous les utilisateurs, que ce soit sur son site ou dans ses applications ?

 

Partager sur les réseaux sociaux