Les résultats du premier trimestre 2017 de Facebook sont encourageants pour Mark Zuckerberg : le réseau social, loin d'enregistrer une perte de vitesse malgré la concurrence de Snapchat, frôle les 2 milliards d'utilisateurs. Et ce alors que la plateforme est confrontée à la propagation des fake news et des vidéos de meurtre ou de suicide, parfois en direct.

La publication des résultats du premier trimestre 2017 de Facebook ne pouvait pas mieux tomber : elle a permis à l’entreprise de s’offrir un moment de répit face aux dérives qui l’accablent, le temps de mettre en avant des chiffres on ne peut plus positifs. Le réseau social de Mark Zuckerberg frôle en effet les 2 milliards d’utilisateurs mensuels, un palier qu’il devrait atteindre (voire dépasser) d’ici la fin de l’année.

La plateforme compte désormais 1,94 milliard d’utilisateurs actifs mensuels (contre 1,86 en février 2017), soit une hausse de 18 % par rapport à la même période l’an passé. Un chiffre impressionnant, qui représente près de 30 % de la population mondiale (estimée à 7,3 milliards).

Au quotidien, on dénombre 1,2 milliard d’utilisateurs de Facebook, ce dont s’est réjoui Mark Zuckerberg : « Nous avons bien débuté 2017. Nous continuons de créer des outils pour soutenir la stabilité de notre communauté internationale. » Ce trimestre a été marqué par la mise en avant toujours plus poussée du contenu vidéo de la plateforme, l’ajout d’offres d’emploi et l’intégration de stories copiées sur celles de Snapchat (qui se soldent pour l’instant par un échec remarqué).

Après avoir mis 8 ans à atteindre la barre du milliard, Facebook semble bien parti pour franchir l’étape suivante en seulement 5 ans. En revanche, l’entreprise n’a pas précisé combien d’utilisateurs se trouvaient exclusivement sur mobile.

L’occasion de se concentrer sur les dérives de la plateforme ?

Mark Zuckerberg peut d’autant plus se réjouir que son autre réseau social phare, Instagram, vient d’enregistrer une hausse de 100 millions d’utilisateurs en seulement 4 mois. La plateforme aux 700 millions d’adeptes peut ainsi viser le milliard d’ici la fin de l’année. Ce qui permettrait à Mark Zuckerberg de revendiquer les deux seuls réseaux sociaux dont le nombre d’utilisateurs se dénombre en milliard(s), alors qu’il leur envisage un avenir commun grâce à l’essor de la réalité augmentée.

Ces résultats ont de quoi rassurer le patron de Facebook, lui qui s’est longtemps inquiété de perdre ses utilisateurs au profit de réseaux concurrents comme Snapchat (l’ennemi juré), jugés plus à la mode. Si la croissance stable du nombre d’adeptes de la plateforme lui permet de souffler, elle renforce en revanche l’importance stratégique de lutter au premier plan contre les différents problèmes qui la minent, particulièrement mis en évidence depuis plusieurs mois.

Outre le problème de la propagation des fake news, que Facebook entend faire régler par des tiers sans vraiment s’impliquer directement, de peur de devenir un « arbitre de la vérité », il lui faut aussi endiguer les vidéos de meurtre ou de suicide qui se multiplient sur ses pages.

Pour ce faire, le géant vient d’annoncer le recrutement, en 2018, de 3 000 modérateurs supplémentaires investis de cette mission comme de la lutte contre les contenus d’incitation à la haine, dans le viseur des gouvernements allemand et britannique.

À lire sur Numerama : Filtres de nudité et de violence, vie en communauté  : l’avenir de Facebook selon Mark Zuckerberg

Partager sur les réseaux sociaux